Lettre ouverte aux gilets jaunes : les trois menaces qui planent sur vous

Gilets jaunes.png

Croyez bien, chers gilets jaunes, que c’est parce que je vous soutiens que je me permets de vous dire franchement ce que beaucoup se gardent bien d’exprimer.
Le mouvement des gilets jaunes qui couvait depuis des mois est né en novembre d’un ras-le-bol fiscal qu’une réponse gouvernementale rapide et de même nature eût pu immédiatement neutraliser.
Début décembre, il était déjà trop tard. Le mépris de l’exécutif en révéla les racines aussi profondes qu’anciennes, et c’est pourquoi les promesses du Président Macron tombèrent à plat le 10 décembre, malgré les dix milliards d’euros.
Chacun a bien compris, alors, que ces dix milliards non prévus au budget alourdiraient d’autant le poids de la dette que nos enfants auront un jour à rembourser. Or, nombre de gilets jaunes ne le veulent pas – à commencer par les retraités qui se battent, justement, pour l’avenir de leurs enfants.
Dès lors, la crise a quitté le champ des revendications économiques immédiates pour se porter sur celui, plus politique, de l’examen du consentement à l’impôt et de celui, plus polémique, de l’emploi des fonds ainsi collectés. La demande d’instauration du référendum d’initiative populaire illustre parfaitement cette évolution dans laquelle on pouvait voir ressurgir l’opposition entre France des riches et France des pauvres, entre France urbaine et France périphérique, entre France des gens instruits et France des « demeurés » auxquels les élites imposent ce qu’elles pensent bon pour eux.

Lire la suite « Lettre ouverte aux gilets jaunes : les trois menaces qui planent sur vous »

Le Samedi Politique avec Charles Prats – Fraude aux allocs : l’injustice fiscale ?

Impôt progressif sur le revenu, CSG, taxes directes et indirectes, le mouvement des Gilets Jaunes a relancé la grande question du consentement à l’impôt. Face à cela, les fraudes sociales et fiscales continuent de grimper.

Comment rééquilibrer les caisses de l’Etat sans taxer toujours plus ceux qui n’en peuvent plus ? C’est la question à laquelle nous allons essayer de répondre avec Charles Prats, magistrat, spécialiste des questions de fraudes (fiscale et sociale) et membre de l’Institut Fiscal Vauban.

https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-avec-charles-prats-fraude-aux-allocs-linjustice-fiscale

Référendum : 73% des Français favorables, sauf les sympathisants de LREM

Depuis le début de la crise des Gilets jaunes, de nombreux Français estiment que la solution ultime à ce problème pourrait être l’organisation d’un référendum. Ainsi, près des 3/4 des personnes interrogées se disent «favorables» à l’organisation de ce recours au peuple, 27% étant contre cette initiative, apprend-on des résultats d’un récent sondage de l’Ifop pour Le Journal du dimanche.Cependant, les partisans de LREM sont les plus nombreux à se déclarer en majorité «pas favorables» à cette mesure, le taux s’élevant à 53%. […]

20 Minutes

http://www.fdesouche.com/1156385-referendum-73-des-francais-favorables-sauf-les-sympathisants-de-lrem

Emmanuel Macron et Edouard Philippe : ils n’en ont plus pour bien longtemps

Emmanuel Macron et Edouard Philippe : ils n’en ont plus pour bien longtemps

Selon Bernard Antony :

Les mots se bousculent chez les observateurs et analystes pour désigner le spectacle comportemental que donne désormais presque chaque jour Emmanuel Macron, tel un de ces monarques fiévreux des pièces de Shakespeare parlant durant des heures et des heures, le regard allumé, comme persuadé que, par la magie des chaînes en continu, l’univers l’écoute : frénésie, addiction, narcissisme…

Ce n’est certes pas de la logorrhée, car le personnage monopolise assurément le pseudo-grand débat avec encore un grand étalage de cohérence et de logique.

Mais il parle, il parle, il parle, Emmanuel, autant qu’un Jaurès, la culture classique et le génie oratoire en moins, autant qu’un Castro des premières années, engouffrant vite les questions pour d’interminables réponses dans une fascinante plénitude d’autosatisfaction.

Lire la suite « Emmanuel Macron et Edouard Philippe : ils n’en ont plus pour bien longtemps »

Le quotidien historique « Nation Hongroise » de la droite renaît et apparaît de nouveau en kiosque

magyar_nemzet_fit_1200x10000-600x385.jpg

EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Le quotidien iconique Magyar Nemzet fondé en août 1938 pour combattre l’influence allemande et les dérives de l’influence du gouvernement sur les médias privés fut fermé aux lendemains des législatives du printemps 2018. Ce journal a connu un basculement majeur dans l’opposition le 6 février 2015 suite à la prise de position de son propriétaire de l’époque, Lajos Simicska (un sympathisant de Viktor Orban) qui déclarait une « guerre totale » au gouvernement après une taxe envisagée de 5% sur les médias privés.

C’est ainsi à une date symbolique que le journal apparaît de nouveau en kiosque, réaffirmant « son attachement aux valeurs conservatrices, aux traditions centre-européennes et aux intérêts nationaux ».

Décriée par tous les titres d’oppositions, Magyar Nemzet est assimilé à une « prise de guerre » avec laquelle Viktor Orban s’affiche d’ailleurs sur Facebook.

https://fr.novopress.info/

Loi anti-casseur, une nouvelle loi qui fait pschitt

Les-nouvelles-strategies-de-la-police-contre-les-casseurs.jpg

Jean-François Touzé,

Délégué national du Parti de la France

Dans sa stratégie nouvelle visant à incarner aux yeux des Français « paisibles » le parti de l’ordre, stratégie qui, par bien des aspects relève pour lui du rôle de composition, Emmanuel Macron avait annoncé à la fin du mois de décembre dernier son intention de renforcer l’arsenal juridique contre les casseurs en faisant voter au plus vite une loi nouvelle. Triangulation oblige, par un tour de passe-passe parlementaire, c’est, en fait, une proposition de loi initiée par le sénateur LR Bruno Retailleau et votée il y a quelques mois par la Haute Assemblée contre l’avis du gouvernement qui a, toute honte bue, été retenue pour accélérer la navette entre les deux chambres. Le nouveau projet de loi a donc été présenté à l’Assemblée nationale en séance plénière et discuté mardi et mercredi.

L’homme du désordre institutionnel et social qu’est Emmanuel Macron croyait ainsi, relayé par les rodomontades de son ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, se parer à bon compte des vertus de l’autorité régalienne en procédant à sa énième triangulation à l’égard de la droite en espérant ainsi incarner le parti de l’ordre. Lire la suite « Loi anti-casseur, une nouvelle loi qui fait pschitt »

Respect aux gilets jaunes !

Gilets-jaunes-ile-de-Ré-845x475.jpg

Incroyable. Ce qui se passe depuis le mois de novembre est juste incroyable. Incroyable qu’une partie du peuple réussisse à défier d’une manière aussi efficace l’État. Un État qui se retrouve assiégé, un État qui se retrouve fragilisé, un État qui se retrouve déshabillé. Un État obligé de se justifier, un État obligé de faire croire qu’il change, un État obligé de durcir le ton et de sortir 80.000 policiers pour tenir le pays !

Pour rester en vie, le clan Macron a dû lâcher.
Taxe sur le carburant ? Lâchée.
Augmentation de l’électricité ? Lâchée.
Augmentation du gaz ? Lâchée.
Hausse du SMIC ? Lâchée.
Hausse de la CSG pour les petites retraites? Lâchée.
Défiscalisation des heures supplémentaires ? Lâchée.
Primes défiscalisées dans les entreprises ? Lâchées.
RIC ? Évoqué.
Retour aux 90 km/h ? Évoqué.
Retour sur l’ISF ? Évoqué.
Référendum ? En projet.

Incroyable.

On est passé d’un État qui paraissait fort à un État qui est obligé de reformuler toutes les propositions des gilets jaunes pour se les approprier et y répondre. Cet État désincarné, obèse, vassalisé par l’Union européenne, si loin des préoccupations du peuple, a été pris en flagrant délit d’abus de faiblesse. Lire la suite « Respect aux gilets jaunes ! »

I-Média n° 236 – Macron et les médias : la dictature en marche

https://chaine.tvlibertes.com/widget/i-media-n-236-macron-et-les-medias-la-dictature-en-marche

01:50 Vers une Macronationalisation de la presse ?

Lors d’une rencontre « en off » avec quelques journalistes, Emmanuel Macron a évoqué la possibilité d’un contrôle étatique de la presse. Orwellien.

07:00 Zapping

Alors que Macron raille ceux qui construisent des murs, Sonia Krimi défend la possibilité que les Frères Musulmans puissent accéder à des responsabilités politiques en Egypte. En attendant la France ?

15:38 Médiapart : Une perquisition et des questions

Après que Médiapart ait révélé des nouveaux enregistrements mettant en cause Benalla, Crase et Macron, le média dirigé par Edwy Plenel a été visé par une tentative de perquisition pour le moins étonnante.

22:35 Tweets

Les médias parisiens n’en finissent pas de pousser le mouvement politique de Glucksmann. Dernier élément à charge en date : les Inrocks ont effacé de leur Une le logo de la parka de luxe de l’homme politique de gauche.

31:45 Bilal Hassani : idole médiatique malgré tout

Le représentant de la France à l’Eurovision en 2019 a été accusé d’avoir rédigé des tweets contre Israël et en soutien à Dieudonné. Malgré tout, le youtubeur homosexuel d’origine marocaine continue à recevoir le soutien des médias.