Education • Si on enlève le paravent du désastre on va découvrir des ruines !

4238616977.jpg

Cette vidéo réalisée par Farida Belghoul* à destination des membres du conseil de discipline du rectorat de Versailles réunis contre elle le mardi 15 janvier 2019, met en lumière, parfois de façon crue, la déchéance intellectuelle et morale du système éducatif français. 

Passée l’introduction, les images et les textes sont terribles, accablants. À voir absolument. LFAR    

*Farida Belghoul, est enseignante et militante politique. Elle est aussi romancière et réalisatrice. Dans la première moitié des années 1980, elle se fait connaître en tant que militante antiraciste, alors proche de l’extrême gauche. À partir de 2013, au contraire, elle connaît une nouvelle notoriété du fait de son engagement notamment contre la « théorie du genre ». 

Cagnotte pour les frais de défense de Farida Belghoul :
https://www.leetchi.com/c/conseil-discipline-farida-belghoul
Paypal officiel : https://www.paypal.me/fbelghoulOfficiel

Lien : https://mouvement-jre.com/schiappa-chez-hanouna-belghoul-au-rectorat/

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Video. Le journaliste Vincent Lapierre agressé par des miliciens antifas

Capture.pngIl ne se passe plus une manifestation à Paris, Nantes, Toulouse, sans que des miliciens dits « antifas » agressent des journalistes ou des personnes simplement parce qu’elles ne sont pas antifascistes.
Dernier exemple en date, samedi 2 février, à Toulouse, avec le lynchage de Vincent Lapierre. 
Nos confrères de Lengadoc Info étaient sur place et ont filmé les événements.
Lors de l’Acte XII à Toulouse, plusieurs personnes ont été agressées par les antifas, dont nos confrères Vincent Lapierre et son caméraman, journalistes du Média pour Tous. Ceux-ci montrent pourtant régulièrement la réalité des manifestations et donnent la possibilité aux Gilets Jaunes de s’exprimer librement..
Est-ce que les Gilets Jaunes vont tolérer ces violences ?

Sondage sur l’image d’Emmanuel Macron : le fiasco

32801533620_a982f6835f_b-845x475.jpg

En Macronie, on le croyait « sorti de la nasse ». On l’avait trouvé tout plein d’énergie pour lancer son grand débat national à Souillac. Deux sondages avaient indiqué que sa cote de popularité, tombée au plus bas fin 2018, se redressait un peu et un autre annonçait même que son parti pourrait virer en tête aux élections européennes. C’était le printemps.

Mais les sondages savent jouer au yo-yo, même avec nos Présidents. Souvenez-vous de François Hollande regagnant quinze points après Charlie. Cela dura un mois. Et il finit, comme vous savez, à 8 % d’intentions de vote. Et s’il finit ainsi, c’est que toutes les enquêtes de fond sur sa perception par les Français étaient, elles, unanimes. D’où l’intérêt de consulter ces sondages-là.

Le sondage IFOP-Fiducial pour CNews et Sud Radio, réalisé les 29 et 30 janvier derniers, et donc après ces supposées embellies, enregistre des dégradations profondes et inquiétantes de l’image du Président chez les Français depuis six mois. Lire la suite « Sondage sur l’image d’Emmanuel Macron : le fiasco »

Contre les « casseurs », la fin justifie-t-elle les moyens ? Interdiction de manifester et fichages abusifs sont à craindre

loi-anti-casseurs-manifester-fichage-castaner-1200x727-600x364.jpg

L’interdiction de manifester envisagée par la proposition de loi anti-casseurs et l’information du Canard enchaîné sur de potentiels fichages abusifs de manifestants ordonnés par le parquet, interrogent sur les libertés que s’octroie la Macronie.

Pour tenter de rester au pouvoir, le haut-fonctionnaire Emmanuel Macron et la Macronie disposent désormais de deux outils.

Tout d’abord, considérant comme incontournable l’exécution de la feuille de route qui leur a été fixée, c’est à dire la destruction la plus rapide possible de l’État-providence français et l’arrimage définitif à l’ordo-libéralisme allemand, les macronistes considèrent que la fin justifie les moyens. La violence, sans précédent depuis la guerre d’Algérie, des répressions policières et judiciaires contre le mouvement des gilets jaunes en est la traduction. Le bilan des violences physiques est catastrophique, celui des violences judiciaires, même si on en parle peu, ne l’est pas moins.

Le deuxième outil est la servilité apparente de la justice. Depuis l’élection pour le moins surprenante qui a porté Emmanuel Macron à la présidence, la justice pénale s’est complètement déconsidérée, accordant à la Macronie une impunité choquante et obéissant visiblement aux exigences des places Vendôme et Beauvau. Les milliers d’arrestations dont certaines préventives (!), les poursuites souvent absurdes, les procédures violées, les incriminations fantaisistes et la dureté des peines, semblent montrer que parquets et juges du siège confondus exécutent avec zèle les ordres de l’exécutif. Et naturellement, les organisations syndicales de magistrats sont muettes, ainsi d’ailleurs que les grandes âmes, professeurs de morale, universitaires, signeurs de pétition, docteurs de la gauche culturelle, tous sont atteints d’une sévère extinction de voix. Lire la suite « Contre les « casseurs », la fin justifie-t-elle les moyens ? Interdiction de manifester et fichages abusifs sont à craindre »

Macron, adepte en chef de la théorie du complot

Macron, adepte en chef de la théorie du complot

Suite au délire complotiste de Macron au sujet des Gilets jaunes manipulés par la Russie, à la réaction sans complexe de RT et Sputnik, nous relayons cette magistrale démonstration de Frédéric Lordon, (qui nous avait déjà réjouis avec cet article) sur le blog du Monde Diplomatique ! Tout est à lire, c’est remarquable ! Merci à lui! Extrait.

En général, le spectacle d’une déchéance n’est pas beau à voir, à plus forte raison quand elle est si précoce. Mais disons les choses : ici, c’est franchement drôle. Un peu inquiétant, sans doute (en fait beaucoup), mais drôle. En fait c’est surtout drôle d’imaginer les mâchoires décrochées des chasseurs de complotistes. Parce que Macron en roue libre dans la russosphère, les « gilets jaunes » pilotés depuis le Kremlin, pour n’importe qui, c’est à mourir de rire, mais pour eux, c’est Ganelon, Trafalgar et Blücher réunis. Normalement, on était d’accord : le complotisme, c’était pour les « autres », les « affreux », ceux précisément qui ne croient pas en la raison libérale. Mais comment fait-on si c’est le héros, celui pour qui on a raconté tout ça, qui décompense et se met à courir en chemise de nuit dans les rues ?

Ici, on rêverait de voir leurs têtes à tous : Jean-Michel Aphatie, Patrick Cohen, Nicolas Demorand, Léa Salamé, Ali Baddou, Sonia Devillers (la chasse au complotisme n’a pas de soldats plus typiques que les demi-habiles de France Inter), mais aussi les inénarrables Décodeurs, les animateurs de France Culture qui n’ont pas cessé d’organiser, gravement concernés, des émissions et des débats publics sur les fake news, de la parlote au kilomètre, de la conférence à rallonge, des régiments d’intellectuels vigilants, à Blois, au Mans, aux Bernardins, à l’Opéra Bastille, bref partout où l’on « pense », et puis aussi les chefferies éditoriales qui s’étaient trouvé cette opportune croisade de substitution pour faire oublier leurs propres abyssales défaillances. Mais le point de tragédie est atteint quand on pense aux malheureux de Conspiracy Watch, à ce pauvre Rudy Reichstadt qui vient de se manger l’équivalent psychique d’un tir de Flashball, qui vit son moment LBD à lui — et comme les autres : en pleine tête.

https://www.lesalonbeige.fr/macron-adepte-en-chef-de-la-theorie-du-complot/

Radars hors-service : en publiant les chiffres, Castaner a dévoilé l’échec des 80km/h et la vocation de pompe à fric des radars

[…]
En présentant ses vœux à la gendarmerie, le jeudi 10 janvier, l’inénarrable Christophe Castaner s’est décidé à révéler le nombre de radars routiers dégradés en France :

Près de 60 % [d’entre eux] ont été neutralisés, attaqués, détruits par celles et ceux qui se revendiquent [du mouvement] des Gilets jaunes.

Depuis lors, ceci a fluctué, mais retenons un chiffre moyen d’à peu près -50 % pour le mois de décembre 2018, car la fête n’a pas duré longtemps : lorsque les dégradations sont légères, comme de simples coups de peinture, les radars peuvent être remis en service immédiatement. Par exemple, même si les 11 radars installés en Haute-Corse avaient été rendus « inopérants parce que vandalisés ou parce que leur vitre a été barbouillée par de la peinture » au mois de décembre, ils étaient presque tous à nouveau fonctionnels début janvier.

DES RADARS HORS SERVICE QUI MESURENT ENCORE…

Les radars émettent une micro-onde, parfois dans la bande X (8 à 12 gigahertz), souvent dans la bande Ku (12 à 18 gigahertz) en Europe, ou dans les bandes K (18 à 27 gigahertz) and Ka (27 à 40 gigahertz) aux États-Unis. Ils mesurent l’effet Doppler – le changement de longueur d’onde – et en déduisent la vitesse du véhicule présent dans le faisceau. Lire la suite « Radars hors-service : en publiant les chiffres, Castaner a dévoilé l’échec des 80km/h et la vocation de pompe à fric des radars »

Comprendre la situation vénézuelienne…

Comprendre la situation vénézuelienne…

Nicolas Dolo, homme d’affaires et analyste géopolitique et géoéconomique, s’est notamment distingué ces derniers mois par des analyses fouillées de la situation au Brésil, et de l’élection de Bolsonaro, s’éloignant des poncifs de droite et de gauche. Il a dévoilé récemment sa vision de la situation du Vénézuela, qui répond à ce même souci d’objectivité. Extrait.

Le Venezuela de Maduro n’est pas dans une situation tenable

Le socialisme du Venezuela de Maduro n’a en revanche clairement pas le vent en poupe en Amérique du Sud. Il semblerait même que l’histoire lui donne tort, à mesure que le Continent bascule plutôt dans le camp inverse. Revenant peut-être à une définition plus traditionnelle du bolivarisme, le Président bolivien Evo Morales lui-même avait assisté à la prestation de serment du nouveau président brésilien, félicitant chaudement son « frère » Jair Bolsonaro.

Le flot massif de réfugiés économiques en provenance du Venezuela vers le Brésil vient désormais ajouter un problème sécuritaire, humain et économique majeur à l’hostilité idéologique réciproque entre les deux pays. Colombie et Pérou subissent aussi, directement ou indirectement, la situation humanitaire vénézuélienne. Les trois pays se sont donc empressés de reconnaître les prétentions de Guaido, au nom d’un « tout sauf Maduro » finalement compréhensible.

Alors qu’elle secoue certaines rédactions, y compris à Moscou, l’idée d’une intervention militaire brésilienne au Venezuela (éventuellement avec le soutien de la Colombie) paraît pourtant irréaliste. Elle se heurte aussi aux habitudes de l’armée brésilienne, nettement plus versée dans l’exercice du soft power que dans les conflits directs. Pour Bolsonaro, le « front » se situe de toutes façons à l’intérieur même du Brésil. Il ne pourrait pas se permettre de déployer des forces armées à l’étranger, et donc de manquer à ses promesses électorales de rétablissement rapide de l’ordre, de la sécurité, et du progrès économique sur le territoire national – en tous cas pas pendant cette première législature.

Jair Bolsonaro a en réalité déjà affaibli Maduro en supprimant sine die les nombreux programmes d’échanges économiques jadis organisés (à perte) entre le Brésil, le Venezuela et Cuba par Lula et Dilma Rousseff. L’ouverture des comptes de la Banque Nationale de Développement (BNDES) de Rio de Janeiro a en outre révélé le financement d’opérations frauduleuses massives entre le constructeur brésilien Odebrecht et le gouvernement de Caracas (de l’ordre de 12 milliards de reals – 3 milliards d’euros), plongeant le Venezuela dans un embarras supplémentaire.

https://www.lesalonbeige.fr/comprendre-la-situation-venezuelienne/