En 2018, la France a versé 10,45 milliards d’euros pour l’Aide publique au développement

En 2018, la France a versé 10,45 milliards d’euros pour l’Aide publique au développement

Editorial de Bernard Lugan dans L’Afrique Réelle de janvier :

Durant l’année 2018, l’Afrique a connu plusieurs grandes zones de conflictualité. Qu’il s’agisse de l’Afrique du Nord, de l’espace saharo-sahélien, de la zone tchado-nigériane, de la Centrafrique (RCA), de l’est de la République démocratique du Congo (RDC) ou de la Corne de l’Afrique, en 2019, toutes continueront à faire l’actualité.  Nulle part, en effet, le réel n’est pris en compte, toutes les solutions proposées étant d’ordre électoral.

Or, les élections africaines relevant de l’ethno-mathématique, elles ne font que confirmer les rapports démographiques, à savoir que les peuples les plus nombreux l’emportent toujours sur les moins nombreux. 

Tant qu’une évolution du « One man, one vote » individualiste vers un vote de groupe ne sera pas définie, au lieu de pacifier les situations conflictuelles, la démocratie ne fera donc que les envenimer.

Lire la suite « En 2018, la France a versé 10,45 milliards d’euros pour l’Aide publique au développement »

Comment retisser le lien social après la crise politique ?

L’année 2019 débute comme la précédente avait fini, sur la confrontation entre le gouvernement et les Gilets jaunes, et la violence n’en finit pas, là encore, de rebondir dans les médias et les commentaires des internautes, dans cette spirale qui ne cesse de m’inquiéter par son aspect vertigineux. Mais la mémoire courte des démocraties émotionnelles peut-elle satisfaire la réflexion politique ? Bien sûr que non, et nous aurions tort de négliger l’histoire des peuples de France qui retentit encore des révoltes passées, parfois anciennes mais qui peuvent nous fournir quelques éléments d’explication, non seulement pour comprendre ou saisir le moment, mais aussi pour proposer et agir, au-delà des slogans et des postures, souvent trop simplistes et peu compatibles avec l’inscription d’une politique dans la durée nécessaire à son efficacité. Lire la suite « Comment retisser le lien social après la crise politique ? »

Édition spéciale Gilets Jaunes – Journal du lundi 7 janvier 2019

https://chaine.tvlibertes.com/widget/edition-speciale-gilets-jaunes-journal-du-lundi-7-janvier-2019

Le pouvoir ne voulait pas le croire, mais ce qui devait arriver arriva. Après une petite baisse de régime due aux fêtes, le mouvement s’est remobilisé et compte s’inscrire dans la durée. A Paris, comme en province, les cortèges étaient renfloués et les revendications s’inscrivent dans la durée.
Face à une telle constance, le gouvernement perd de plus en plus pied et devient une cible de prédilection. Une position qui pousse l’exécutif à la victimisation, sans grand succès.

https://www.tvlibertes.com/edition-speciale-gilets-jaunes-journal-du-lundi-7-janvier-2019

Le « pacte mondial sur les migrations » arme de destruction massive des nations

1836384063.jpg

Immigration 

« Il me semble que les solutions que le pacte migratoire de l’ONU propose vont exactement dans le sens à la fois des valeurs de l’Europe et des intérêts de l’Europe », a dit Emmanuel Macron à Bruxelles, le 23 novembre. 

Les hommes ont toujours été animés par la pulsion migratoire ; ce fut même un état presque permanent de l’humanité dans les temps préhistoriques et anciens et qui dépendait du climat, des ressources disponibles, des catastrophes naturelles ou humaines, voire des conquêtes, dont on ne soulignera jamais assez qu’elles caractérisent dans la plupart des cas, la migration. Mais ce phénomène migratoire s’accomplissait le plus souvent selon un processus naturel et, historiquement, dans un monde qui était loin d’être plein. Souvenons-nous que l’humanité ne comptait encore au début du XXe siècle qu’environ 1 milliard et demi d’humains pour plus de 7 milliards aujourd’hui. Au surplus, les hommes ont inventé les royaumes, les nations et les empires par logique d’affinités culturelles et ethniques, lesquels, en dépit des guerres, constituaient un facteur d’équilibre mondial et civilisationnel dans le temps long. L’ONU, par ce pacte, ruine cet ordre et ouvre la boîte de Pandore, car l’accord spécifie : « Réfugiés et migrants bénéficient des mêmes droits de l’homme universels et des mêmes libertés fondamentales (que les nationaux), droits qui doivent être respectés, protégés et déployés à tout moment. » (Préambule, section 4).

Lire la suite « Le « pacte mondial sur les migrations » arme de destruction massive des nations »

Jean-Jacques Goldman, pourquoi pas. Mais pourquoi ?

Jean-Jacques-Goldman.jpg

La chronique de Philippe Randa

À nouveau, et pour la huitième fois (mais pas consécutive), le chanteur Jean-Jacques Goldman sort gagnant dans la 66e édition du Top 50 Ifop-JDD, avec, note le JDD, un cru marqué, cette année « par la percée des Bleus, le recul des femmes et la disparition des politiques. »

Bon, pourquoi pas ! Loin de nous l’idée de contester ce sacre dont personne non plus nous empêchera néanmoins de songer : Oui, pourquoi pas ! Mais pourquoi ?

Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, donne bien un début d’explications qui en vaut d’autres : « Il n’a pas d’actualité, mais il fait résolument partie de la vie des Français »… Ah bon ? De quel Français précisément, on ne le précise pas… Pas davantage que de savoir si 9 autres suivant (Omar Sy, Dany Boon, Kylian MBappé, Thomas Pesquet, Zinédine Zidane, Michel Cymes, Jean Reno, Jean-Paul Belmondo, Soprano) en font donc moins, un peu moins ou beaucoup moins « résolument partie »…

Et pas davantage sur quels critères s’est joué cette préférence, s’agissant pour 7 d’entre eux de saltimbanques ; le spationaute Thomas Pesquet et le médecin-chirurgien Michel Cymes faisant dès lors quelque peu figure de faire-valoir…

Il en va donc des personnalités préférées des Français comme des vœux de Nouvel An : l’un et l’autre sont inévitables chaque année… Mais si les seconds, en général, sont plaisants, même si un peu « obligés », les premiers ne cessent de nous laisser quelque peu perplexe…

EuroLibertés cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2019/01/06/jean-jacques-goldman-pourquoi-pas-mais-pourquoi-6118697.html

L’islam ses origines et son identité

6a00d8341c715453ef022ad3cbdf60200b-320wi.jpgLe livre de l’universitaire tunisienne Hela Ouardi[1], éclaire d’un jour nouveau la question des origines réelles historiques de l’islam. Consacré aux derniers jours de Muhammad et à la période 630-632 d’un gouvernement installé à Médine depuis 622, il nous instruit en effet sur la genèse de conflits plus que millénaires. La Communauté des croyants, l’Oumma, sans doute mondiale était fracturée selon des lignes de fracture durables, repérables dès le trépas supposé de son fondateur.

À la fin de son parcours le lecteur occidental, invité par l’auteur elle-même, s’interrogera sur une étrange contradiction.

Nous avons, ou nous croyons connaître, avec une exactitude assez stupéfiante à plus de quatorze siècles de distance, non seulement le jour précis, un lundi 8 juin 632 où Mahomet rendit l’âme. Nous sommes même impressionnés par les événements du jeudi[2] précédent, 4 juin, autour de son lit de mort quand ses successeurs, ses femmes et surtout sa 9e épouse, la jeune Aïcha, âgée alors de 19 ans et qui partageait son existence depuis 10 ans, ne purent, pour les uns, ne voulurent, pour les autres, recevoir ses dernières volontés. Lire la suite « L’islam ses origines et son identité »

Quand on subordonne les faits à l’idéologie…

agora.jpgLe système politico-médiatique comptait sur un essoufflement du mouvement  des gilets jaunes. Cette « vérité » était scandée sur tous les canaux d’information officiels, mais cette prophétie qui se voulait  autoréalisatrice  s’est avérée fausse. C’est au contraire à un rebond de la mobilisation auquel nous avons assisté dans toute la France ce samedi pour l’acte VIII de cette révolte citoyenne qui,  très globalement,  s’est déroulée pacifiquement.  Loin du chiffre gouvernemental  de 50 000 manifestants, ce sont plus certainement entre 100 000 et  170 000 personnes qui sont descendues dans les rues de la capitale et  dans de nombreuses villes de province.  Parmi les faits marquants de ce samedi, les adversaires  des GJ ont insisté sur  les images du « boxeur gitan » Christophe Dettinger qui s’attaquait à des gendarmes, preuve selon eux du caractère factieux des manifs. Mais d’autres ont préféré s’arrêter sur l’attitude de certains membres des forces de l’ordre (qui rappelons-le sont tenus d’obéir aux ordres de l’exécutif…) , tel  « Didier Andrieux,  rapporte RT, commandant divisionnaire de police filmé en train de frapper plusieurs personnes lors de l’acte VIII des gilets jaunes à Toulon. Il  avait déjà été épinglé pour un acte de violence. Selon Le parisien,  il aurait pratiqué une manchette à un major de police dans les locaux de la sûreté départementale à Toulon en 2015 (…). Le procureur de la République de Toulon, Bernard Marchal, a assuré ne pas avoir ouvert de procédure contre lui, jugeant qu’il avait agi (à Toulon samedi) proportionnellement à la menace. Mais  Le parisien indique que le préfet du Var Jean-Luc Videlaine a annoncé  le 6 janvier  qu’il avait saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN)» concernant les agissements de M. Andrieux.

Autre image forte de ce samedi,   l’utilisation d’un engin de chantier pour enfoncer  à Paris rue de Grenelle, dans ce VIIe arrondissement qui concentre  les attributs du pouvoir,  les portes du ministère qui abrite Benjamin Griveaux,  porte-parole du gouvernement et en charge des  Relations avec le Parlement.  Le militant d’extrême gauche   Juan Branco , présent sut place,  avocat de Jean-Luc Mélenchon et de Julian Assange et qui s’est fait connaître par son combat contre la loi Hadopi, a assuré, rapporte LCI    « que les auteurs de l’intrusion, des Gilets jaunes lambda, voulaient répondre à la violence du gouvernement en investissant le lieu censé porter leurs morts. Sous le coup de l’adrénaline, raconte-t-il, poursuivis par les forces de l’ordre, ils sont passé à l’acte avant de se disperser rapidement car personne ne cherchait à prendre le lieu Lire la suite « Quand on subordonne les faits à l’idéologie… »