Fiche S: qu’est ce que c’est ? Combien de personnes sont concernées ?

fiches-s-600x338.jpg

En France, une fiche S est une fiche signalétique du fichier des personnes recherchées. La lettre S est l’abréviation de « sûreté de l’État ». Les fiches S sont principalement émises par la direction générale de la Sécurité intérieure.

A noter qu’il ne n’agit pas d’un fichier pénal. Les personnes qui figurent sur une “fiche S” n’ont donc pas forcément été condamnées – c’est même le cas de la grande majorité d’entre elles.

En France, combien de personnes sont concernées ?

https://fr.novopress.info/212994/fiche-s-quest-ce-que-cest-combien-de-personnes-sont-concernees/

Le Samedi Politique – Macron, Gilets Jaunes et terrorisme : chroniques de l’impuissance publique

Ils ont fait la Une de tous les journaux depuis plus d’un mois, les gilets jaunes sont partout. Sur les ronds-points, aux péages, dans les villes et à Paris… Pour contenir le mouvement, l’exécutif a déployé un dispositif policier record… Quelques jours plus tard, la terreur secoue une nouvelle fois la France. Mardi soir, le célèbre Marché de Noël de Strasbourg, déjà cible d’un attentat avorté en 2000, est attaqué par Chérif Chekatt, un criminel fiché S déjà condamné à 27 reprises.

Comment analyser ces deux événements prédominants ? Le gouvernement a-t-il profité de l’actualité au détriment des gilets jaunes? Quelles conclusions tirer de l’action des pouvoirs publics ? Les institutions protègent-elles encore les citoyens, ou sont-elles trop occupées à jouer leurs propres survies ?

Pierre-Yves Rougeyron, le directeur de la revue Perspectives Libres et président du Cercle Aristote nous livre son analyse.

https://www.tvlibertes.com/macron-gilets-jaunes-et-terrorisme-chroniques-de-limpuissance-publique?is_wppwa=true&wpappninja_cache=friendly

La France, championne du monde des prélèvements fiscaux, doit se réformer !

8b046210efcf48d57f49b5053f90bf.jpg

Marc Rousset

La France, selon l’OCDE, est le champion du monde des prélèvements fiscaux et parafiscaux, soit 47 % de notre PIB. À titre de comparaison, l’Italie se situe à environ 44 %, l’Allemagne à 37 %, le Royaume-Uni à 34 %, le Japon à 32 %, les États-Unis à 27 % et la moyenne générale de tous les pays de l’OCDE à 35 % ! Si l’on ramenait donc le prélèvement fiscal en France à la moyenne de l’OCDE, cela représenterait une minoration fiscale et parafiscale de 12 % du PIB, soit environ 270 milliards d’euros.

Un graphique établi par l’ACDEFI (sources : INSEE ; calculs ACDEFI) de 1960 (avec une pression fiscale de 30 %) à nos jours (avec une pression fiscale de 47 %) montre d’une façon indiscutable que plus la pression fiscale a augmenté en France, plus la croissance économique a évolué d’une façon inversement proportionnelle, puisqu’elle est passée, en cinquante ans, de 5 % par an à 1 %. Tandis que tous les autres pays de l’OCDE ont réduit drastiquement leur taux de chômage entre 2009 et 2019, de 8 % à 6 % pour le Canada, 7,5 % à 4 % pour le Royaume-Uni, 9 % à 4 % pour les États-Unis, 7,5 % à 3 % pour l’Allemagne et 5 % à 2 % pour le Japon, seule la France, avec ses taxations démoniaques, a gardé un taux de chômage inchangé inacceptable de 8,5 % !

Taxer stupidement aboutit immanquablement à appauvrir les nations. La justice fiscale consiste à taxer seulement relativement les riches plus que les pauvres, mais pas à voler tous les citoyens riches ou pauvres, à gaspiller, à faire rêver les citoyens en les incitant à prendre dans la poche des autres. Il importe donc de procéder, en France, à une révolution conservatrice conduisant à une baisse globale des impôts pour tous, qu’ils soient pauvres ou riches, d’autant plus que ces derniers trouvent la parade en quittant de plus en plus, à l’instar de Johnny et Depardieu, purement et simplement le pays.

Si les agents de conduite de la SNCF partaient à la retraite à 62 ans au lieu de 50 ou 52 ans, on pourrait abaisser leur effectif de 25 %. Si les aiguilleurs du ciel travaillaient autant que les Allemands, on pourrait réduire leur effectif de 50 %. Les fonctionnaires s’absentent deux fois plus que les salariés du privé. La France a un million de fonctionnaires en trop, toutes choses égales par ailleurs, par rapport à l’Allemagne. Ce sont toutes ces personnes et non les riches qui volent les Français.

Croire résoudre les problèmes français en rétablissant l’ISF est donc digne d’une stupidité gauchiste, socialiste, d’une démagogie déconcertante. L’ISF rapporte entre 5 et 7 milliards d’euros, mais entraîne un manque à gagner fiscal par la fuite des riches de 30 milliards d’euros. Rétablir l’ISF aurait donc pour effet inverse d’entraîner une ponction fiscale supplémentaire par l’État dans les poches des pauvres et des riches de 24 milliards d’euros !

L’immigration, le thème dont doivent s’emparer de plus en officiellement les gilets jaunes, pas encore libérés complètement de la pression bien-pensante, coûte à la France, selon les calculs sophistiqués de Polémia et de son président Jean-Yves Le Gallou, environ quatre-vingts milliards d’euros par an.

Le racket fiscal supplémentaire de l’État français par rapport à la moyenne des États de l’OCDE s’élève donc à 270 milliards d’euros, dont 24 milliards d’euros correspondent à la surtaxation engendrée par l’imbécile ISF et 80 milliards d’euros (soit environ 4 % du PIB) à l’immigration. Ce chiffre monstrueux devrait ouvrir les yeux des gilets jaunes face la tentative de récupération gauchiste « Demain on rasera gratis » à la Luigi Di Maio. Les gilets jaunes patriotes doivent, au contraire, combattre le racket fiscal de l’État obèse, l’arnaque du réchauffement climatique et la ruineuse invasion migratoire conduisant à la perte de notre identité française et européenne.

Lire Boulevard Voltaire cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Gilets jaunes : bilan temporaire et perspectives, très complets.

Pour ceux qui ont raté des épisodes, comme pour ceux qui ont à peu près suivi : remarquable revue et analyse des faits, et intéressantes perspectives, par Michel Drac, dont la chaine You Tube est ici. ça peut s’écouter sans avoir le nez sur l’écran.

Totalitarisme mou et terrorisme dur, par Francis Bergeron

totalitarisme-chard-5.jpg

L’attentat de Strasbourg est venu nous rappeler que le gravissime problème du terrorisme n’est pas réglé, que le terrorisme, sous son plus hideux visage, continue à nous menacer. Souhaitons donc pour Chérif Chekkat une élimination dans les délais les plus rapides possibles.

Mais même cet épisode douloureux, qui devrait être un moment d’unanimité, les adeptes du totalitarisme mou, qui nous gouvernent, s’efforcent d’en tirer parti. Que les Gilets jaunes, au-delà de leur opposition à la taxe sur le gasoil, puissent laisser penser qu’ils n’apprécient pas trop l’immigration de masse, l’islamisation à haute dose, est quelque chose qui répugne à l’éditorialiste du Parisien, qui n’hésite pas à fustiger ces « gilets jaunes autoproclamés [qui] ont laissé libre cours à leur imagination, leurs haines, et leurs névroses, sans aucune retenue ». Le Parisien était prêt à tout accepter des Gilets jaunes, mais pas de tels propos « nauséabonds » ! « La colère légitime qui s’est déversée sur les ronds-points a aspiré une batterie de forts en gueule prêts à dire n’importe quoi. » Et voici donc nos Gilets jaunes désormais ostracisés. C’est cela, le terrorisme mou.

C’est par exemple aussi le journal Le Monde qui, sur son site, publie mardi soir un récapitulatif des événements de Strasbourg, soulignant que « la motivation terroriste n’est pas établie ». Le mot même de musulman n’est pas utilisé. L’article serait incompréhensible pour qui n’aurait pas écouté la radio ou la télévision. Ce qui est étonnant « venant d’une rédaction connue pour son omniscience et son infaillibilité », note sur son site, avec une pointe d’ironie, le très impertinent Jean-Gilles Malliarakis.

C’est seulement mercredi, à 8 heures 5 que l’ex-quotidien « de référence » a révélé à ses lecteurs… ce que tout le monde savait depuis la veille au soir, à savoir que l’attentat avait été commis par un islamiste. L’homme était présenté comme un citoyen français âgé de 29 ans. C’est incidemment, par un courrier de lecteur, qu’on pouvait savoir qu’il se prénommait Chérif, et donc supposer… l’indicible !

La religion de l’individu pas citée

Pourtant Le Monde n’est habituellement pas le dernier à marquer son indifférence complète à la présomption d’innocence, quand il s’agit de présumés extrémistes de droite, par exemple.

Le Monde daté du jeudi 13 décembre publie une page entière sur « l’attaque meurtrière », avec la collaboration de cinq de ses journalistes. Impossible, cependant, d’y trouver le nom et le prénom de l’assassin. L’article évoque le fait que l’homme était suivi pour « radicalisation religieuse », mais la religion de l’individu n’est pas citée, et l’article prend soin de faire remarquer que l’attentat n’a pas été revendiqué et que l’individu n’a pas fait de « déclarations religieuses ».

C’est cela le totalitarisme mou, Chérif Chekkat représentant le terrorisme dur. Mais il est parfois difficile de dire ce qui dégoûte le plus.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 13 décembre 2018

https://fr.novopress.info/213004/totalitarisme-mou-et-terrorisme-dur-par-francis-bergeron/

Acte 5 : les Gilets jaunes se mobilisent dans toute la France (EN CONTINU)

Ni l’intervention d’Emmanuel Macron, ni l’attentat de Strasbourg n’ont eu raison de la détermination des Gilets jaunes, qui poursuivent leur mobilisation dans toute la France. Ils revendiquent désormais un référendum d’initiative citoyenne.

Mise à jour automatique
  • Quelque 4 500 Gilets jaunes ont manifesté dans le centre de Toulouse où des échauffourées ont opposé des manifestants aux forces de l’ordre, ont constaté des journalistes de l’AFP. La préfecture a fait état de 29 interpellations et de neuf personnes légèrement blessées, dont deux parmi les forces de l’ordre.

  • Selon la préfecture de police, 2 000 personnes ont manifesté à Marseille. Selon une source policière, relayée par l’AFP, les forces de l’ordre ont procédé à 12 interpellations, pour jets de pierre notamment.

  • Les forces de l’ordre ont procédé à 157 interpellations, dont plus d’une centaine de gardes à vue ce 15 décembre à Paris, à l’occasion de l’acte 5 de la mobilisation des Gilets jaunes, selon la préfecture de police, citée par l’AFP.

    Les autorités dénombraient 104 gardes à vue peu avant 18h et comptabilisaient cinq blessés légers transportés par les secours lors de cette journée marquée par une mobilisation en net recul.

  • Selon Le Figaro, des manifestants ainsi que d’autres personnes, «désireux d’en découdre», ont été chargés à l’intérieur du forum des Halles à Paris par les forces de l’ordre. Des CRS et gendarmes auraient tiré des grenades de désencerclement.

  • Jets de bouteille, pétards, gaz lacrymogènes et canon à eau : des heurts opposent les forces de l’ordre à des manifestants dans le centre de Bordeaux, qui fut déjà le théâtre de violences lors des précédentes protestations des Gilets jaunes, selon l’AFP.

    Les heurts ont commencé après une heure de face-à-face où les manifestants criaient leurs slogans devant les forces de l’ordre. S’en est suivie une heure de confrontations sporadiques, quelques dizaines de manifestants étant régulièrement repoussés alors que de nombreux autres restaient spectateurs sur les côtés.

    Voir la suite

Bienvenue au Macronistan

6a00d8341c715453ef022ad3816921200c-320wi.jpgÉcoutant sagement les 13 minutes d’allocution présidentielle du 10 décembre, son ambiguïté surprenante n’avait pas échappé à votre chroniqueur préféré. Que voulait-il donc dire en évoquant le nécessaire débat sur l’identité française et l’immigration? À supposer qu’au terme de cette réflexion nationale on convienne d’un désir collectif d’ouvrir plus grandes les portes aux migrants, allait-on évoquer la différence entre l’assimilable et l’assimilable? Discriminer par conséquent entre les peuples aux identités affines, forgées par des siècles de considérations morales issues du christianisme et de l’Ancien Testament – et les autres?

La réponse allait venir en deux temps.

Premier temps : le 11 décembre se rédigeait dans les bureaux de l’Élysée un document, qui fut diffusé le 12, à la sortie du conseil des ministres, présenté comme compte rendu de cette réunion hebdomadaire du mercredi. Ce simple détail chronologique contrevient aux articles 20 et 21 de la constitution de 1958. En théorie, en effet, le gouvernement conduit la politique de la nation. Il exécute les lois votées par le parlement, et le Premier ministre le dirige. Dans la pratique jupitérienne actuelle, aboutissement de la dégénérescence formelle de la cinquième république, tout est suspendu aux orientations mouvantes du jeune homme élu de manière si incertaine en 2017 et dont l’avis change toutes les 48 heures.

Le point sensible porte ici sur les débats à organiser dans le pays. Si l’on se réfère aux déclarations gouvernementales cela commencerait dès le 15 décembre et pourrait durer certains disent jusqu’en mars, d’autres en mai 2019. Tournant le dos à la démocratie représentative, on se proposerait donc de rêver à la démocratie dite participative. On imagine ainsi reprendre un chemin oublié en France depuis la défaite de la Commune de Paris en 1871. Depuis, cette tradition a produit les courtes expériences des Soviets russes de 1917, vite liquidés par le bolchevisme lui-même quand il s’en est emparé, des Assemblées générales éphémères et comités d’Action de 1968, mais aussi de la Jamahiriya arabe libyenne 1977-2011, ou de la révolution bolivarienne proclamée par Chavez au Venezuela et qui, certes, se perpétue sous le régime de Maduro son illustre successeur. On considérerait de la sorte que le gentil fourre-tout initial des gilets jaunes est supposé représenté y compris par les gilets rouges, et qu’un mouvement initialement anti-fiscaliste peut s’exprimer sous l’influence du parti mélenchoniste dit de la France insoumise, de la CGT et du parti communiste français.

Seulement voilà. Le 10 décembre, M. Macron avait mis à l’ordre du jour des palabres à venir, quatre sujets mous et vaguement consensuels tels que la transition écologique et la citoyenneté, mais aussi une 5e corbeille affectée à l’immigration et à l’identité.

Immédiatement, à la suite de son discours, l’autorité morale avait fait publier par le camarade Sopo, président de SOS Racisme, un communiqué vengeur. Il y exprimait sa perplexité. Les jours suivants cette interrogation se mua en négation, y compris dans les rangs du parti présidentiel. Et ce processus conduisit, sans débat, en évacuation pure et simple du sujet. On n’en parlera pas.

Entre-temps un obscur sous-ministre avait apposé sa signature, et engagé la France au bas du document onusien de Marrakech. Et si on doit l’évoquer au parlement français cela ne conduira qu’à en aggraver les conséquences contraignantes au gré d’un vote d’une majorité artificielle.

En application du pacte, on met en branle un processus tendant à interdire tout débat quant aux bienfaits d’une politique migratoire à sens unique gérée par les États, sans qu’ils s’encombrent de l’avis des peuples. Circulez il n’y a rien à voir.

On pourra donc dire bienvenue au Macronistan, et on prévoira des pancartes et des guirlandes en albanais ou en bambara. Elle est pas belle la vie?

JG Malliarakis

https://www.insolent.fr/

Gilets jaunes – Samedi dernier, l’Élysée s’était transformé en véritable camp retranché

gilets-jaunes-histoire-michel-geoffroy-588x330.jpg

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Le 8 décembre dernier, pour l’acte IV des Gilets jaunes, redoutant que le palais présidentiel ne fut submergé par la marée jaune de la colère populaire, le chef de l’Etat n’avait pas lésiné sur sa propre sécurité. Selon une information publiée dans le Canard enchaîné, 500 gardes républicains du premier régiment d’infanterie, plus une petite centaine de policiers et de gendarmes du Groupe de sécurité de la présidence de la République s’étaient positionnés à l’intérieur du palais.

Ils étaient équipés de lances à eau et de drones, tandis qu’à l’extérieur, un hélicoptère était prêt à exfiltrer le chef de l’État. Le palais présidentiel était isolé au centre d’un immense no man’s land, baptisé « bunker institutionnel », englobant le ministère de l’Intérieur, la place de la Concorde et l’Assemblée nationale. D’où sans doute le faciès très affecté affiché par le chef de l’Etat lors de son allocution de lundi dernier…

On était en effet loin du provocateur « Qu’ils viennent me chercher ! », ou encore du « Je suis votre chef ! » asséné crânement aux militaires lors de l’affaire de Villiers. Ce même 8 décembre, atteint d’une subite fièvre conspirationniste, le président ordonnait une enquête de la DGSI concernant rien moins qu’une possible tentative de déstabilisation du pouvoir macronien par la Russie via les réseaux sociaux.

Selon le Canard, le président de la République est en effet persuadé que la cause de tous ses malheurs n’est autre que l’affreux Poutine qui manipulerait dans l’ombre les Gilets jaunes…

https://fr.novopress.info/