Gilets jaunes, la pression continue sur l’exécutif

gilets-jaunes-nord-pas-calais-854x572-600x402.jpg

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Dix mille manifestants, 1082 interpellations, plus de 70 blessés, des dizaines de vitrines brisées, des magasins pillés et des voitures incendiées. Bordeaux, Lyon, Toulouse, Marseille, Saint-Étienne ou Nantes ont aussi connu des scènes de guérilla urbaine. Cela a poussé l’exécutif à la réflexion.

La machine à baffes pendant trois heures

C’est l’expression utilisée par Europe 1 qui rapporte que le président de la République a rencontré vendredi une quinzaine d’élus locaux à l’Élysée en préparation de son intervention sur le mouvement des Gilets jaunes en début de cette semaine.

Durant ces entretiens avec des élus qui ont duré trois heures trente, le président aurait reconnu ses erreurs sur ses méthodes de gestion et de communication, ainsi que le trop de taxes et d’impôts. Sans oublier la compilation de taxes supplémentaires qui serait inappropriée par rapport à la réalité du terrain, selon les propos rapportés par Karl Olive, maire de Poissy.

Le président aurait qualifié également de « connerie » les 80 km/h et la baisse des APL.

Le président réagit enfin

L’Élysée a annoncé que le président s’adressera au pays ce soir à 20 heures, sans donner plus de précisions. On s’attend à ce qu’il annonce une série de mesures pour calmer les tensions sociales. Le président jupitérien redescendrait-il sur terre ?
Le SMIC ne sera pas revalorisé

Muriel Pénicaud, ministre du travail, a annoncé que le SMIC ne sera pas revalorisé au-delà de 1,8% attendu en janvier avant même qu’Emmanuel Macron prenne la parole ce soir. Mais elle a tenu de rassurer, sur LCI ce dimanche, que le que le chef de l’Etat allait annoncer des mesures concrètes et immédiates pour calmer les Gilets jaunes.

https://fr.novopress.info/

En catimini, la Macronie réduit les taxes… des grands médias audiovisuels appartenant à quelques milliardaires

Voici encore une mesure décidée sous l’impulsion d’Emmanuel Macron qui va fortement intéresser les Gilets Jaunes à quelques heures de l’intervention télévisée du président de la république en vue de calmer la colère populaire.

Le journal Le Parisien signalait ce 9 décembre le vote en catimini au Sénat de la suppression de plusieurs impôts prélevés sur les gros médias audiovisuels.

Le vote a eu lieu le 27 novembre, entre deux grandes mobilisations des Gilets Jaunes.

Trois taxes payées par les stations de radio et les chaînes de télévision ont donc été supprimées.

. Chaque spot publicitaire diffusé à la télé dans la tranche facturée entre 1.520 euros et 9.150 euros était frappé d’une taxe de 20,60 euros. Taxe supprimée.

. Les radios qui réalisaient 10 M€ de chiffre d’affaires publicitaire par trimestre (Europe 1, NRJ, RTL) payaient une taxe de 54.435 euros. Taxe supprimée.

. Les chaînés de télévision qui réalisaient 100 millions de recettes publicitaires tous les trois mois(c’est le cas de TF1 et de M6) payaient une taxe de  894.500 euros. Taxe supprimée.

Ces taxes sur les grands médias audiovisuels rapportaient 50 millions d’euros à l’Etat.

Comment la Macronie justifie-t-elle ce cadeau fait à des grands médias audiovisuels appartenant à quelques milliardaires ?

« On est dans une logique de simplification et de rationalisation des petites taxes qui pèsent sur les télés. C’est le fruit d’une discussion avec Bercy et le ministère de la Culture, dans les projets de simplification de la vie des entreprises ».

Les commerçants, les artisans, les petites entreprises, en attendent maintenant tout autant !

https://www.medias-presse.info/en-catimini-la-macronie-reduit-les-taxes-des-grands-medias-audiovisuels-appartenant-a-quelques-milliardaires/102203/

Edition spéciale Gilets Jaunes – Journal du lundi 10 décembre 2018

https://chaine.tvlibertes.com/widget/edition-speciale-gilets-jaunes-journal-du-lundi-10-decembre-2018

Edition spéciale Gilets Jaunes

Pour le quatrième samedi de mobilisation, les Gilets Jaunes étaient encore au rendez-vous. En région, de nombreux rassemblements ont gonflé leurs rangs, tandis que les craintes de violence sur la Capitale ont découragé les plus défavorisés. Après le fiasco de la semaine précédente, le gouvernement avait tout misé sur la sécurité, quitte à employer une répression a priori à l’encontre des gilets jaunes dès le matin, sans pour autant s’attaquer aux casseurs du soir. A l’aube de nouvelles mobilisations, les manifestants attendent la parole d’Emmanuel Macron, sans grand espoir.

Société / Gilets Jaunes acte IV : le prix de l’apaisement

Politique / Emmanuel Macron, la dernière chance

Immigration / Le pacte de Marrakech adopté

L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/edition-speciale-gilets-jaunes-journal-du-lundi-10-decembre-2018

Gilets jaunes : l’illusion de l’argent à redistribuer

evasion-fiscale.jpg

Les médias, pour une fois, s’intéressent aux « petites gens » et évoquent la détresse de nombre de travailleurs et de retraités qui n’arrivent plus à boucler leurs fins de mois. On ne peut qu’être émus par leurs difficultés et il serait indispensable de leur venir en aide, selon trois axes : atténuer, voire supprimer, la taxe carbone, diminuer la CSG des retraités et augmenter le SMIC (en baissant les charges). Mais comment dégager les crédits nécessaires à une telle politique en dehors d’un éventuel rétablissement de l’ISF ? Certes, on voit fleurir des slogans du type « prendre l’argent où il est ». On évoque les 100 milliards de fraude fiscale et les 95 milliards de niches fiscales, on propose de taxer les banques, mais tout cela n’est qu’un jeu d’illusions.

Les 100 milliards de fraude ? Quelqu’un a jeté ce montant au doigt levé sans la moindre justification et, depuis, on le répète. On ignore, en fait, où se trouve cet argent et quels circuits il emprunte. Si on le savait, l’État pourrait intervenir. Et on confond souvent fraude fiscale et optimisation fiscale. La seconde est légale : des « ultra-riches » et des entreprises vont déclarer leurs revenus dans le pays où ils sont le moins taxés. Il est difficile de lutter contre ce manque de « patriotisme fiscal », à moins de renoncer à l’Europe. Or, l’Union européenne, bien que chargée de beaucoup de maux, a quand même des côtés positifs, ne serait-ce que pour exporter nos produits agricoles. L’Europe est un tout et on ne choisit pas ce qui nous arrange. S’il était si simple de récupérer ces sommes détournées de la solidarité nationale, cela aurait été fait depuis longtemps ! Notons, néanmoins, que les pouvoirs publics ont réagi et que la lutte contre la fraude permet de faire rentrer dans les caisses de l’État 2,5 milliards par an, ce qui n’est pas rien. Mais prétendre qu’on peut s’emparer de 100 milliards en déshérence est utopique.

La deuxième illusion concerne les 95 milliards de niches fiscales. Les supprimer reviendrait à impacter tous les Français, même les plus modestes, et fort peu les « ultra-riches ». Ces niches sont, pour 22 milliards, dues à la décote conjugale : on ne taxe pas les revenus des couples séparément. La supprimer reviendrait à augmenter (fortement) les impôts de 80 % des contribuables. Autre niche importante, les emplois à domicile : abroger le crédit d’impôt aurait des effets catastrophiques (vague de licenciements, explosion du travail au noir induisant une baisse des recettes de la Sécurité sociale). Les personnes âgées ne pourraient plus être maintenues à domicile. Bref, une catastrophe sans nom. Le troisième volet important est constitué par les aides au logement (de Robien, Pinel…). Les éliminer découragerait les investisseurs. Or, la France connaît une pénurie de logements. L’accentuer serait donc stupide. D’autres niches fiscales pourraient être éventuellement rabotées, mais le montant économisé serait faible.

Taxer les banques, obsession de la gauche, est absurde. Les établissements français seraient fragilisés et lorsque le prochain krach se produira (en 2019 ou 2020), un grand nombre risquent de faire faillite si on a trop chargé la barque de leurs impôts. Quel serait notre intérêt si nous devions, par la suite, les renflouer ?

En fait, comme les fonds à trouver dépassent 10 milliards d’euros, seule une baisse drastique des dépenses publiques permettrait de dégager des marges suffisantes. C’est évidemment un travail de titan d’estimer si une dépense est utile ou pas. Mais n’est-ce pas le rôle d’un bon gouvernement d’effectuer ce genre de travail ?

Christian de Moliner

http://www.bvoltaire.fr/gilets-jaunes-lillusion-de-largent-a-redistribuer/

De la grande misère des communes françaises

771830825.png

Par Michel Franceschetti 

La France rurale est étouffée par le prétendu aménagement du territoire. Au lieu de capitaliser sur le tissu social des communes, l’État s’acharne à le détruire. Peut-être parce que les communes sont un espace de liberté ? 

« Service de cardiologie de Sisteron, service d’urgence nocturne d’Embrun, maternité de Guingamp, service des soins de suite et de réadaptation de l’hôpital de Marcigny, service de pédiatrie hospitalière de Sedan, Ehpad du Theil-de-Bretagne, service de psychiatrie de Laragne-Montéglin, maternité de Châteaudun, etc. : voici la liste non-exhaustive des actes de décès signés par les Agences Régionales de Santé ce seul dernier mois ! ». Ce bilan dressé par l’éditorialiste de 36 000 communes, le mensuel de l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF), dans son numéro de juin 2018, montre la disparition galopante des services de santé dans les petites et moyennes villes.

Services en moins, charges en plus

En réalité, tous les services publics (écoles, gares, centres des impôts, hôpitaux, bureaux de postes…) sont touchés par cette fuite. La colère, en septembre dernier, du congrès des maires ruraux (communes de moins de 3 500 habitants), qui menace de ne pas organiser les élections européennes, se comprend aisément. Pour ne pas affronter les critiques, le président Macron, contrairement à la promesse faite l’an dernier, n’est pas venu au congrès de l’AMF (association des maires de France) qui s’est tenu en novembre.

Ces suppressions rendent plus difficile la vie des habitants des petites agglomérations qui doivent multiplier les déplacements pour être soignés ou pour que leurs enfants puissent suivre leur scolarité. Les maires ne peuvent pas aider leurs concitoyens car leurs moyens financiers sont constamment réduits par l’État, notamment sous le quinquennat Hollande où des baisses de dotation drastiques ont fait perdre jusqu’à 13% du budget municipal. L’imbroglio autour de la suppression de la taxe d’habitation fait craindre le pire.

Résultat : la DGF (dotation globale de fonctionnement) attribuée aux communes rurales s’élève à 156 euros par habitant contre une moyenne nationale de 174.

Pourtant, la population concernée n’est pas négligeable : 21,4 millions d’habitants (un Français sur trois) résident dans une commune rurale.

Regroupement avant disparition ?

L’étranglement financier est accentué par le regroupement des communes au sein des EPCI (établissements publics de coopération intercommunale). Vanté pour être un moyen de réaliser des économies, le regroupement de communes entraîne souvent des frais de fonctionnement supplémentaires pour cette structure qui agrandit la distance entre citoyen et services publics.

Ainsi, la taxe sur les ordures ménagères a souvent fortement augmenté.

Le pouvoir au sein des EPCI est pratiquement toujours entre les mains du maire de la ville la plus peuplée alors qu’ils étaient censés, à l’origine, représenter toutes les communes. La loi du nombre ne favorise pas une répartition harmonieuse.

De toute façon, comme l’a dit en août dernier, au micro d’Europe 1, le député LREM de Paris Sylvain Maillard : « Garder ces maires de petites communes, de plus en plus isolées et sur qui pèsent de lourdes charges, n’est plus vraiment cohérent avec notre époque ». De nombreux élus sont complètement démunis devant les demandes de leurs administrés, ce qui explique que plus de mille édiles ont démissionné de leurs fonctions depuis les élections municipales de 2014. Près de la moitié n’a pas l’intention de se représenter au prochain scrutin, comme René Raimondi qui abandonne la mairie de Fos en écrivant le 29 novembre à ses électeurs: « Les collectivités territoriales peuvent aujourd’hui être perçues comme de simples variables d’ajustement des politiques nationales, voire des boucs émissaires. Les élus locaux, les maires en premier lieu, sont de moins en moins armés pour assurer le quotidien et rassurer leurs concitoyens ».

Pourtant, les maires sont les élus les plus appréciés des Français. Ils sont proches des gens et ils connaissent la réalité du terrain. Xavier Lacombe, maire de Peri, près d’Ajaccio, l’illustre par une image militaire : « Maire, c’est un rôle de voltigeur de tête, le premier dans une colonne qui prend la balle mais qui avertit et protège tout le monde et peut sauver la brigade ou la compagnie. » (La Corse, 30 novembre).

« Une révolution territoriale sans Révolution »

On assiste à une véritable « révolution territoriale sans Révolution », selon l’expression du professeur Gérard-François Dumont au colloque « Désertification et réanimation des territoires » organisé par la Fondation Res Publica le 27 février 2018. Les quatre lois (1) votées entre 2014 et 2017 (loi Maptam, loi sur la délimitation des régions, loi NOTRe, loi sur le statut de Paris) ont bouleversé l’architecture administrative française.

Il existe désormais vingt-deux métropoles formées par la transformation des EPCI regroupant plus de 400.000 habitants. Certaines sont de taille démesurée.

La métropole Aix-Marseille recouvrant l’ensemble des Bouches-du-Rhône, sauf le pays d’Arles dont les élus s’opposent à cette annexion, sa concordance avec le département devient de plus en plus évidente. Le Grand Paris, avec Paris et sa petite couronne, ressemble beaucoup à la région Ile-de-France.

Le département est désormais dirigé par un conseil départemental dont les membres sont élus en binômes, afin de garantir la parité hommes-femmes. Le canton n’est plus qu’une simple circonscription électorale et personne ne se sent représenté par ces duos artificiels.

Après la suppression de neuf régions, les régions actuelles sont complètement en dehors de toute réalité historique ou géographique. En Occitanie, le seuil de Naurouze séparera toujours les anciens Languedoc et Midi-Pyrénées.

Ce véritable charcutage s’est accompagné de multiples réattributions de responsabilités qui sont passées inaperçues aux yeux des Français. Du coup, le simple citoyen ne sait plus à qui se plaindre pour signaler un trou dans la chaussée de sa rue. L’administration paraît bien plus lointaine qu’autrefois. Elle est physiquement éloignée dans les régions qui ont fusionné et où joindre la capitale régionale nécessite un temps de trajet bien plus long qu’auparavant.

Quant aux économies, elles ne sont pas au rendez-vous. Le transport scolaire ayant été transféré du département à la région, les parents des Hautes-Alpes devront désormais verser 110€ pour le car de leurs enfants contre 15€ l’année précédente.

La recherche aberrante de l’excellence

Ces aberrations n’ont aucune importance pour la révolution territoriale qui a été voulue dans le but de répondre à la compétitivité internationale et à la mondialisation.

Le discours dominant depuis la fin des Trente Glorieuses énonce qu’il faut fournir aux « investisseurs » mondialisés l’organisation territoriale que l’on pense correspondre à leurs attentes, et que ce cadre doit être le plus large et le plus dense possible. L’économiste Olivier Bouba-Olga appelle cette pensée « la mythologie CAME (Compétitivité, Attractivité, Métropolisation, Excellence) ». L’État doit concentrer ses efforts sur quelques pôles d’excellence, renforçant les inégalités socio-spatiales. Toutes les politiques publiques sont sous-tendues par cette croyance depuis quarante ans, quel que soit le parti au pouvoir. Or, Bouba-Olga montre, notamment dans Dynamiques territoriales : éloge de la diversité, que des initiatives innovantes peuvent exister dans de petits territoires, quand ceux-ci sont bien équipés, mais elles ne sont pas assez connues. D’autre part, les fameux « investisseurs » ne sont pas toujours au rendez-vous des pôles d’excellence érigés pour eux.

Les nouvelles citadelles

Il serait faux de qualifier cette évolution de recentralisation. Tout à son rêve CAME, l’État abandonne carrément les zones non rentables pour la mondialisation : territoires ruraux, petites et moyennes villes.

Comme l’écrit le sénateur Pierre-Yves Collombat, fondateur de l’association des maires ruraux, dans le bulletin d’octobre de cette association, « Les territoires sans avenir doivent être abandonnés à leur destin, aux soins palliatifs de plus en plus maigres, tant qu’ils ne seront pas politiquement négligeables ».

Tout est mis dans les métropoles qui sont, comme le dit Christophe Guilluy dans Le Figaro du 18 novembre, « de nouvelles citadelles médiévales, avec une bourgeoisie qui se claquemure derrière ses remparts ». Cette population a un mode de vie différent du reste des Français : « Dans ces espaces clos, les habitants ont simplement besoin de liaisons pour sortir – avions, TGV – et la voiture est, pour eux, obsolète. » Les métropoles n’ont même pas de grands liens économiques avec le reste de la population : « Aujourd’hui, Paris est beaucoup plus éloigné de l’hinterland français que de Londres, Barcelone ou Amsterdam ». Les périphéries ne servent à rien pour construire le nouveau paradis mondialisé.

Les ploucs qui, selon Benjamin Griveaux, « fument des clopes et roulent en diesel » habitent loin de leurs lieux de travail et des administrations ? Ils n’ont qu’à utiliser internet et le téléphone portable. Mais les zones blanches, où les ondes ne passent pas, sont encore nombreuses, surtout en zones montagneuses. Et le contact direct est nécessaire pour expliquer des cas difficiles à un fonctionnaire ou à un médecin.

Sauver le maillage communal

La France a l’originalité d’avoir un maillage très étroit avec ses 36 000 communes héritées de la paroisse médiévale. Il y a là un atout important dont les technocrates ne se rendent pas compte. Les décisions parisiennes s’appliquent uniformément alors que notre pays est très divers. Si les municipalités étaient écoutées, des adaptations seraient possibles. Le meilleur exemple est l’obligation de limiter la vitesse à 80 km/h sur toutes les routes secondaires alors que des modulations étaient possibles selon la géographie locale.

Le regroupement systématique et autoritaire des communes est tout aussi absurde que la création de régions artificielles. Le découpage territorial est à refaire entièrement mais en gardant l’unité communale de base.

Le système électoral est à revoir car il n’est pas neutre. En PACA, la liste de Marion Maréchal-Le Pen avait obtenu plus de 42% des voix en 2015 mais ses élus au conseil régional n’ont été que 34% du total. Ces élections se font au scrutin de liste à la proportionnelle avec deux tours, ce qui empêche la représentation de nombreux courants d’idées politiques. Pour récompenser les socialistes de s’être désistés pour lui, Christian Estrosi, le président LR de la PACA, remplacé ensuite par Renaud Muselier, avait bien inventé une assemblée représentative consultative mais elle ne fonctionna jamais.

Le scrutin de liste est dangereux car il institue des élus hors-sol et entièrement soumis aux partis, et non pas des représentants du terrain.

Alors que la législation ne voit que les individus, elle devrait considérer l’espace et ses particularités aussi bien pour les élections que pour la fiscalité et les aides financières.

La France a besoin de diversité législative.

Les élus et les citoyens ont besoin de pouvoirs nouveaux et concrets ancrés d’abord sur la commune. Comme l’a écrit Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique : « C’est dans la commune que réside la force des peuples libres ».

Tant que le Français des campagnes ne sera pas aussi bien considéré que le Français des villes, il faut s’attendre à ce que le mécontentement s’exprime de plus en plus fort dans les urnes, dans les réseaux sociaux et dans la rue.  

LOI n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (dite loi Maptam).
LOI n° 2015-29 du 16 janvier 2015 relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral.
LOI n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe).
LOI n° 2017-257 du 28 février 2017 relative au statut de Paris et à l’aménagement métropolitain. 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/12/06/de-la-grande-misere-des-communes-francaises-6111007.html

À Rome, Matteo Salvini salue la vague des Gilets jaunes

salvini-600x465.jpg

Rome. Plusieurs dizaine de milliers de personne sont venus à la rencontre du ministre italien de l’Intérieur, qui fêtait ces six premiers mois au gouvernement. Certains de ses partisans étaient vêtus de “gilets jaunes”.

Regardez ce qui se passe en France ou ce qui se passait en Grèce. Regardez la crise économique que traverse la si puissante Allemagne, l’Espagne ou d’autres pays encore. Regardez ces gilets jaunes dans ce parc. Ici, ils garantissent l’ordre public, à Paris, ils manifestent. La violence n’est jamais justifiée, mais qui sème la pauvreté, récolte les manifestations. Qui sème les fausses promesses récolte la réaction des périphéries et des campagnes.

Un samedi à Paris : le témoignage d’un spectateur engagé. Partie 3 : La place de l’Etoile, ce champ de bataille…

Je publie ci-dessous la troisième partie de mon témoignage sur les événements de samedi : après la charge des motos et l’éclatement du fort groupe de manifestants dans toutes les rues voisines, il est temps de remonter vers l’Étoile…

Après une longue errance avec des petits groupes de gilets jaunes désorientés et agacés, harcelés par des forces de l’ordre visiblement aussi décontenancées que nous, avec des « en civil » casqués qui pointent leur sorte de tromblon noir vers les manifestants alors même que ceux-ci lèvent les mains vers le ciel en signe d’apaisement, je décide de remonter seul vers la place de l’Étoile d’où l’on entend la rumeur qui enfle régulièrement pour s’apaiser ensuite quelques minutes, comme pour mieux reprendre son souffle. L’avenue que j’ai déjà empruntée est encore plus dévastée que l’heure d’avant mais plus personne ne semble se soucier des voitures calcinées ou en cours de combustion : tout n’est plus qu’un immense grondement, comme une tempête sans pluie, et l’émeute semble maître du terrain, les forces de l’ordre ayant visiblement abandonné cette avenue, sauf au commencement des rues adjacentes. Là, les cars de police se tiennent les uns contre les autres, formant un barrage infranchissable et les policiers tiennent en joue des ennemis que je ne vois pas, sans doute derrière moi. Tout autour de moi, ça fume des cigarettes, ça discute, ça rigole, ça se moque, ça se repose aussi, et nombre de manifestants sont assis sur le pas des portes, un masque de papier autour du cou pour la plupart. Ici, beaucoup de jeunes, aux apparences très diverses, entre loden et blouson de cuir, tenue de ville ou de sport, parlant riche ou rural, voire banlieue. Des gens très différents qui, d’ordinaire, ne se croisent ni ne se parlent… Magie de l’émeute !

Voici la place de l’Étoile, enfin ! Il n’y a rien qui empêche de l’atteindre, et elle semble même devenue le point de convergence de tous les groupes que j’ai croisés depuis le début de l’après-midi : viennent-ils par curiosité ou par envie d’en découdre ? Sans doute un peu des deux à la fois, car je sens une forte excitation parmi les gens qui m’entourent. J’écarquille les yeux, tant le spectacle est étonnant et a, même, un aspect dantesque : sur la place et particulièrement sur la chaussée, d’ordinaire couverte de voitures, c’est une véritable marée de gilets jaunes. Le midi, j’avais entendu à la radio qu’il y avait ici « 3.000 » casseurs : mais, à regarder tout autour de moi, j’ai du mal à imaginer que ce chiffre puisse être crédible ! Je suis au cœur de la tourmente, et pourtant, je ne sens aucune peur parmi les gens présents, que de la colère mêlée à l’odeur âcre des lacrymogènes, et une colère qui, là encore, n’a qu’un nom : Macron. Comme si, en quelques jours, celui-ci avait concentré sur son patronyme et sa personne tout le ressentiment accumulé depuis quarante ans, ces « quarante ans » que j’entends évoquer depuis mon arrivée par la plupart de mes interlocuteurs, même ceux qui sont loin d’atteindre cet âge. « Cela fait quarante ans que ça dure, il faut que ça cesse », revient régulièrement dans les propos des émeutiers comme des retraités au style soixante-huitard, des ruraux comme des citadins bretons (des voisins de là-bas !), de la jeune femme au keffieh palestinien comme de l’assistante maternelle. En somme, depuis Giscard d’Estaing… ou la première élection du parlement européen au suffrage universel ! En fait, ce « quarante ans » vaut condamnation d’un système qui dépasse ceux qui l’ont porté successivement aux plus hautes fonctions de l’État, et cela signifie un rejet des partis de gouvernement, de droite comme de gauche : terrible constat d’échec d’une présidence entamée il y a à peine 18 mois, débutée au Louvre et qui semble s’achever ce soir à l’Arc de Triomphe, dans les fumées et les cris… 

Durant de longues minutes, je n’ose m’approcher de l’Arc que j’aperçois entouré d’un halo gris et qui, étrangement, me semble plus grand que dans mes souvenirs pourtant récents. Les combats sont visiblement très violents si j’en crois le nombre d’explosions qui retentissent, parfois trois ou quatre par minute. Sur la place, des vagues se succèdent, dans les deux sens, dans un aller-retour permanent et enivrant : des centaines, peut-être plus, de personnes courent, s’arrêtent d’un coup, et lancent vers des ombres lointaines moult projectiles avant que de refluer sous l’effet des grenades et, parfois, d’un canon à eau qui n’a pas assez de pression pour être efficace… Le sol est luisant, détrempé, et couvert de restes des munitions policières, des sortes d’étuis en plastique dur et gris, avec une extrémité rouge, mais aussi de bouchons noirs provenant sans doute des mêmes matériels. Quelques uns des manifestants, les derniers arrivés, se penchent pour les observer mais sans les ramasser, peut-être pour éviter des ennuis en cas d’interpellation.

Je me retourne : les Champs Élysées sont là, tranquilles, illuminés des guirlandes rouges des décorations de Noël accrochés aux arbres de la plus belle avenue du monde. Je me rends compte alors que la nuit vient de tomber : je n’ai pas vu le temps passer ! L’impression est totalement surréaliste : les cars blancs de la police semblent rosés par les lumières de Noël, serrés les uns contre les autres comme une « tortue » de légions romaines. De ce côté-là, quasiment plus de bruit, à part quelques phrases chuchotées. Des badauds flânent le long des grilles policières ; un journaliste étranger, micro en main, s’adresse à une caméra en prenant un air de profonde désolation, et s’inquiète même lorsque je m’approche de lui… Je crois entendre le mot de « révolution » dans sa bouche, dans un sabir anglo-saxon apparemment destiné à un public arabe, si j’en crois l’inscription sur le manche de son enregistreur. En tout cas, il paraît totalement effaré par ce qu’il a vu, voit et verra s’il reste encore un peu !

Enfin, je me décide à traverser la place pour constater de visu les dégâts qu’annoncent complaisamment les sites d’informations que je consulte sur mon téléphone portatif. Je ne prends pas la peine de courir car les forces de l’ordre paraissent fort éloignées de l’Arc, bloquant la plupart des accès à l’Étoile sans pour autant chercher à la reconquérir. Le spectacle sous l’Arc de Triomphe est absolument étonnant et donne une impression de bivouac improvisé et confus : des jeunes et des moins jeunes sont assis nonchalamment le long des murs tandis que, tout autour de la tombe du Soldat inconnu, une sorte de garde d’honneur des gilets jaunes veille au respect de l’endroit et du symbole, et que les gerbes et les couronnes de fleurs ont été redisposées auprès de la flamme qui, visiblement, vient d’être rallumée, comme tous les soirs. De temps en temps retentit une vibrante Marseillaise, mais qui ne motive guère quelques uns des occupants de l’endroit, très décontractés et plus enclins à préférer d’autres hymnes ou rythmes… Sur les murs, de multiples graffitis, de plus ou moins bon goût, et qui signalent une grande diversité d’opinions et de centres d’intérêt : ces dégradations, instinctivement, me choquent et, à bien y regarder, semblent ne pas avoir grand-chose à voir avec la protestation présente elle-même. Un grand « Fin de régime », sans signature politique, m’intrigue néanmoins : dois-je, ici, y reconnaître un de ses intersignes chers à Léon Daudet ?

(à suivre)

Jean-Philippe CHAUVIN

http://nouvelle-chouannerie.com/