Remaniement des persécutions

durer.pngJean-Luc Mélenchon expliquait sur son blogue en octobre 2011, au début des révolutions arabes qui chassèrent du pouvoir Moubarak en Egypte et  Ben Ali en Tunisie,  que «  n’en déplaise aux Le Pen, (les arabes) sont des êtres humains en proie aux exigences universelles de liberté et d’égalité dont la philosophie des Lumières et la grande révolution de 1789 a montré qu’elles formaient le décalogue des temps contemporains. »  Les résultats du départ des « tyrans » ne furent certainement pas à la hauteur des espoirs de M. Mélenchon. Pour autant, « dans la galaxie arabo-musulmane, la Tunisie peut se targuer de cultiver sa différence de manière éclairée, pour le bien de tous ses concitoyens, sans exclusive » écrivait le site communautaire oumma.com dimanche. Un éloge accueillant le vote le 9 octobre par les parlementaires tunisiens d’une loi, la première dans un pays arabe, « pénalisant le racisme – le discours raciste, l’incitation à la haine et la discrimination. » Il est notoire que le racisme vis-à-vis des noirs – la Tunisie compterait 10% de noirs tunisiens et de  subsahariens- est structurellement assez répandu au Maghreb,  dans les pays arabo-musulmans dont la longue tradition esclavagiste n’est plus à démontrer,  quand bien même l’islam, religion à prétention  universelle, serait par essence antiraciste

C’est d’ailleurs une députée affiliée au parti islamiste  Ennahda,  proche des Frères musulmans et de la Turquie,  Jamila Ksiski,  elle-même issue de la minorité noire, qui a porté  ce « long combat législatif » rapporte oumma.comBruno Gollnisch rappelait dernièrement qu’il combattait l’idéologie des Frères musulmans, a fortiori  quand ils veulent l’imposer en France et en Europe, mais aussi sa sympathie pour le peuple tunisien qui n’est pas réductible à l’intolérance islamiste. Il en voulait  pour preuve l’ouverture d’esprit des organisateurs d’une exposition à la cité de la culture à Tunis qui avaient  retranscrit  une  citation de ses propos – Il n’est de véritable tradition qu’enracinée dans la modernité -, ce qui dérangea  en France un certain nombre de  bien-pensants…

Si cette loi  antiraciste peut apporter à Ennahda une image plus positive sous nos latitudes – la toute petite minorité chrétienne autochtone (1% de la population)  est souvent victime de   menaces et  de persécutions – ce parti ne ménage pas ses efforts  pour  tenter de lisser son image extrémiste.  Il s’agirait d’une stratégie assez grossière qui ne doit  pas faire oublier sa violence et ses buts politiques.  Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, expliquait dans l’Humanité en juillet 2015 que les islamistes tunisiens  « avant de quitter le pouvoir – ils y sont revenus depuis en intégrant une coalition gouvernementale, NDLR –  ont organisé une réforme fiscale qui ruine la classe moyenne laïcisée, laquelle constitue le pire ennemi des Frères musulmans. Depuis, de nombreux attentats ont ensanglanté la Tunisie visant à tuer son économie, ruiner le secteur touristique, les syndicats, les associations, de façon à revenir au pouvoir. C’est la stratégie systématique des Frères musulmans. » En  juin 2012, invité de l’Association Régionale Nice Côte d’Azur de l’IHEDN, M. Chouet   relevait  plus globalement   que  le « printemps arabe  n’a mis que six mois à se transformer en hiver islamiste (…). Seul le régime syrien résiste à ce mouvement généralisé d’islamisation au prix d’une incompréhension généralisée et de l’opprobre internationale (…). »

Toujours peut-être au nom des exigences universelles de liberté et d’égalité, Jean-Luc Mélenchon a réagi avec virulence  hier à la quinzaine de perquisitions  qui ont eu lieu au siège de La France Insoumise (LFI), à son domicile et à ceux d’anciens ou d’actuels collaborateurs de son parti . Bruno Gollnisch rappelait incidemment sur twitter  hier à ce  propos   qu’« il y a deux ans (les policiers)  sont venus à 6h du matin à l’adresse parisienne de mon assistant fictif alors que cet assistant fictif était réellement à Bruxelles, au Parlement européen ! Pourtant la procédure continue : révoltante persécution politico-judiciaire. »

Le dirigeant de LFI  a donc a dénoncé  un  « coup de force »,  une volonté de museler l’opposition en pleine période de  remaniement gouvernemental, une mise en scène indigne.  Ce qui n’est pas totalement faux, l’opposition nationale  ayant eu à subir dernièrement des procédés identiques et par les mêmes.  Il fut même une époque où  campagne était menée en faveur de l’interdiction du FN, à laquelle pris part M. Mélenchon, mais ça c’était avant…  

Le quotidien Le Monde explique que « les perquisitions ont été réalisées par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), dans le cadre de deux enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Paris. La première est relative à l’emploi d’assistants parlementaires européens. Les enquêteurs veulent savoir si des fonds européens destinés à l’emploi d’assistants d’eurodéputés ont été utilisés pour rémunérer des collaborateurs du parti. Il s’agit de l’élargissement, en juillet 2017, de l’enquête visant, pour les mêmes motifs, l’ex-Front National, désormais Rassemblement National. La seconde a été ouverte en mai de cette année, à la suite d’un signalement du président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) visant ceux de la présidentielle 2017, soupçonnés d’irrégularité.»

« Dans un communiqué, LFI a souligné que l’enquête sur les emplois fictifs du Parlement européen a été ouverte à la suite d’« une dénonciation d’une élue d’extrême droite, Sophie Montel (ex FN, ex Patriotes, NDLR) , qui avouait elle-même qu’elle n’était pas sérieuse. Elle parlait en effet d’un pied de nez ». « Concernant les comptes de campagne pour la présidentielle de 2017, la CNCCFP a validé, le 13 février, ceux de Jean-Luc Mélenchon sans aucune irrégularité. Ce n’est pas le cas pour ceux d’Emmanuel Macron pour lequel des irrégularités ont été notées. Afin de prouver publiquement son honnêteté, M. Mélenchon a demandé, le 8 juin, le réexamen de tous les comptes de campagne .»

Invité de RTL ce matin, le  secrétariat d’Etat auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement Benjamin Grivaux a eu bien du mal à défendre à l’occasion du remaniement ministériel  l’allocution ratée et sépulcrale – dixit Christophe Barbier c’est dire! –   dans la forme comme dans le fond d’Emmanuel Macron hier soir. Un discours  grossièrement anxiogène,  suintant la peur du vieux monde  bruxellois de voir les Français et les  peuples européens  secouer le joug de de l’euromondialisme. «Ces  nationalistes  a relevé Bruno Gollnisch  que M. Macron attaque constamment n’ont  (pourtant) aucune responsabilité dans les difficultés du pays, contrairement aux partis du Système dont il prétend faire la synthèse.»

Plus prosaïquement, M. Grivaux  a tenu  cependant à coller   le mistigri de  l’infréquentabilité et de l’extrémisme à M. Mélenchon en assimilant ses griefs (encore une fois non dénués de fondements) à ceux formulés par l’opposition nationale:  «il a les mêmes arguments que Marine Le Pen. Ça devrait commencer à l’interroger de reprendre, en permanence, les mêmes arguments que Marine Le Pen. Il est inadmissible en France de mettre en cause l’indépendance de la Justice. On n’est pas à Caracas, on n’est pas au Venezuela, même si je sais qu’il a une fascination pour ce pays et la manière dont l’état de droits est réglé dans ce cas-là. Ici, on est en France, l’indépendance de la justice, elle est totale » a-t-il assuré. Oui bien sûr, totalement indépendante, totalement imperméable aux pressions du pouvoir,  totalement apolitique… c’est une évidence… non?

https://gollnisch.com/2018/10/17/remaniement-des-persecutions/

Mélenchon, la partialité en face – Journal du mercredi 17 octobre 2018

Politique / Mélenchon, la partialité en face 
Mardi, une vaste opération de police a été menée dans plusieurs locaux de la France Insoumise et du Parti de Gauche ainsi qu’au domicile de Jean-Luc Mélenchon. Le leader n’a pas voulu se soumettre, une attitude lui valant une troisième enquête sur le dos. Jackpot !

Politique / Macron – Castaner : En marche vers le statu quo
Remaniement, allocution présidentielle : l’exécutif est en pleine crise de tétanie. L’arrivée de Christophe Castaner à l’Intérieur démontre la nécessité de verrouiller le pouvoir par tous les moyens.

Santé / Bébés sans bras : le scandale de trop ?
Dans l’Ain, un nombre anormal de cas de malformations de bébés a été révélé par une association dès 2014… 4 ans plus tard, alors que l’affaire éclate, l’organisme serait sur le point de fermer, faute d’argent.

International / S400 : la nouvelle supériorité russe ?

Serveur TVL
https://chaine.tvlibertes.com/widget/melenchon-la-partialite-en-face-journal-du-mercredi-17-octobre-2018

Lien dailymotion

https://www.tvlibertes.com/2018/10/17/26290/melenchon-partialite-face-journal-mercredi-17-octobre-2018

Islamisme, laïcisme et laxisme

Islamisme, laïcisme et laxisme

Extrait d’un entretien donné par Yves Michaud, philosophe, dans Le Figaro :

« J’ai longtemps cru en un communautarisme doux. Un voile, un bonnet jamaïquain ou de matelot, pour moi, c’est du folklore. Mais aujourd’hui, certains signes sont un mode de pression et d’endoctrinement. Il faut marquer les limites autours des valeurs républicaines.

L’islam est antirépublicain sur deux points : la supériorité de la charia sur le droit positif et le crime d’apostasie. Dans les années récentes, j’ai beaucoup travaillé au Maghreb, avec des intellectuels, des féministes, qui essaient de faire bouger les choses. J’ai découvert des croyants estimant que seulement 5% de la charia était acceptable. Ces gens m’ont fait comprendre à quel point nous étions laxistes. »

https://www.lesalonbeige.fr/islamisme-laicisme-et-laxisme/

Reprendre le contrôle des zones de non-droit

Banlieue-ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

Parmi les nombreuses formes que prend l’insécurité dans notre pays, les cités sensibles sont sans doute les plus préoccupantes en raison de l’accumulation des actes délictueux ou criminels qui y sont commis, mais aussi parce que c’est clairement l’autorité, voire la souveraineté, de l’État français qui y sont bafouées. Aussi Ligne droite estime-t-elle indispensable que notre nation reprenne le contrôle des zones de non-droit.

Les lois de la République bafouées

Dans ces quartiers qui portent bien leur nom, les lois de la République n’y sont en effet plus appliquées. Et pour cause, les services de l’État n’y pénètrent plus que très difficilement. La police, quand elle doit s’y aventurer, y entre en force. Les pompiers et autres services publics voient leurs véhicules régulièrement caillassés. Même les médecins y sont parfois agressés.

Autant dire, dans ces conditions, que les voyous y règnent en maîtres. Ainsi le trafic de drogue dispose au sein de ces cités d’un terrain privilégié pour s’y développer presque au grand jour. Les bandes y sont nombreuses et agressives et la grande criminalité y trouve là ses appuis et ses auxiliaires. Quant aux habitants ordinaires, ils doivent subir des nuisances et des incivilités de toutes sortes ainsi que des vols et des agressions qui rendent leur vie quotidienne particulièrement éprouvante.

Les femmes qui ne respectent pas la tenue musulmane traditionnelle sont par ailleurs soumises à un harcèlement incessant. Car, dans la plupart de ces cités, l’islam est aussi très présent et, à bien des égards, très menaçant. Beaucoup de ces zones de non-droit ont pu être qualifiées par des experts de califats localisés, c’est-à-dire d’enclaves islamistes que les djihadistes et autres aspirants terroristes utilisent comme zone de refuge, de protection et de soutien, selon le modèle de Molenbeek, la commune tristement célèbre des environs de Bruxelles.

L’unité de la nation menacée

Aussi ces zones de non-droit posent-elles un problème majeur. La République ne peut en effet pas tolérer que des portions de son territoire ne soient plus soumises à ses lois. L’accepter, ce serait d’abord faire l’aveu d’une faiblesse honteuse qui ne pourrait qu’inciter les voyous à aller toujours plus loin dans le défi aux autorités. Mais ce serait aussi remettre en cause le principe de l’unité de la République et s’engager sur la voie du communautarisme, voire de la partition de fait du territoire.

Des solutions qui ne règlent rien

Le Système l’a bien senti qui, au cours des dernières décennies, a tenté plusieurs initiatives pour esquisser des solutions au problème. Il y a eu la rénovation urbanistique consistant à détruire les tours pour bâtir des immeubles plus à l’échelle humaine. Mais, si ces opérations apportent en effet un mieux-être aux habitants les plus tranquilles, elles ne règlent nullement le problème des cités. Car celui-ci est lié aux racailles qui y résident et non aux murs qui les abritent. Nos gouvernants ont aussi imaginé de faire massivement appel à des animateurs en tout genre, relayés par des associations richement dotées et aidés de policiers de proximité. L’idée, qui est d’amadouer, d’éduquer et d’encadrer les voyous, a là aussi trouvé ses limites car, pourvoyeuse de beaucoup d’argent et de nombreux avantages, l’initiative a été en quelque sorte absorbée par le milieu des délinquants qui a pris ce qu’il y avait à prendre sans améliorer vraiment la situation.

Le pouvoir à l’État, pas aux mafieux

Ligne droite estime en conséquence que le moment est venu de changer de méthode et de recourir à l’autorité. Pour cela, les pouvoirs publics doivent comprendre qu’il s’agit pour les délinquants de ces quartiers d’une question de pouvoir et de rapport de force. Celui qui sera obéi est celui que l’on respecte parce qu’il est le plus fort et qu’il a de ce fait le pouvoir. Dès lors, la question est simple : qui a le pouvoir dans les cités : le mafieux, l’imam ou le préfet ? Pour rétablir l’autorité de l’État dans ces zones de non-droit, la seule solution est donc de lancer des actions de force pour y imposer à nouveau et durablement le pouvoir des représentants de l’État.

Des opérations de remise en ordre

Concrètement, l’idée consiste à effectuer des opérations spéciales de remise en ordre, au cours desquelles le quartier ciblé est investi par d’importantes forces de police qui s’y installent à demeure et en contrôlent les entrées et les sorties. Présentes au moins pendant trois mois, elles ont pour mission de permettre à tous les services de l’État de normaliser la situation. Les clandestins et les délinquants étrangers sont interpellés et aussitôt expulsés. Les trafiquants sont arrêtés et incarcérés. Des fouilles systématiques sont effectuées pour y découvrir les caches et saisir la drogue et les armes. Les fauteurs de trouble sont mis à l’écart et les étrangers parmi eux voient leur permis de séjour supprimé. Les familles indésirables sont reléguées hors de la cité. La liste des locataires est revue pour, le cas échéant, rééquilibrer la population des résidents en offrant des logements à des familles sans histoire au détriment des locataires à problèmes.

Une aide pour les quartiers apaisés

À l’issue de l’opération, le quartier est confié à un réseau serré de gardiens appartenant à un corps supervisé par l’État et recrutés parmi les jeunes retraités sous-officiers de l’armée. Formés à gérer les situations à risque par des méthodes psychologiques ou par le recours à la force, ces gardiens qui seraient présents nuit et jour auraient pour mission de gérer les incivilités et d’éviter que les trafics ne se reconstituent. Ils seraient au quotidien les représentants permanents de la puissance publique. Une fois apaisés, les quartiers en question pourraient alors bénéficier d’une assistance sociale privilégiée chargée d’aider les jeunes à trouver une formation ou un emploi, à favoriser l’animation de la vie locale et à susciter l’intégration à la nation française.

Une loi d’exception

L’opération de reprise en main des cités serait légalement encadrée par une loi spéciale dérogatoire du droit commun. La situation étant exceptionnelle, elle justifierait en effet des mesures hors normes. Les cités seraient ainsi prises en charge les unes après les autres et gageons que ces manifestations d’autorité contribueraient progressivement à rétablir sur le terrain le rapport de force légitime, celui grâce auquel ce sont les voyous qui ont peur de la police et non l’inverse.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Salzbourg : la désunion européenne

La crise migratoire n’en finit plus de diviser (l’Union européenne. Le tout récent sommet de S Salzbourg l’a très clairement souligné. 

La situation de l’UE est aujourd’hui d’autant plus critique que la question des migrants – ou des réfugiés, c’est affaire de vocabulaire… – n’est que la pointe visible d’un iceberg sur lequel Bruxelles pourrait bien, si elle refuse d’y prendre garde, se fracasser.  « Les discussions ont confirmé que des divergences persistent… » Telle est, parmi les diverses déclarations qui ont ponctué la fin du sommet de Salzbourg, celle qui résume sans doute le plus exactement l’état actuel de la question des relations entre les États-membres sur les sujets qui fâchent. D’aucuns veulent se féliciter de ce que, sur la question du Brexit au moins, l’unanimité des Vingt-Sept serait effective. C’est sans doute aller un peu vite en besogne. Disons que chacun commence à s’agacer des atermoiements de Theresa May sur la gestion exacte du divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, au point que même ses compatriotes ne semblent plus trop savoir ce qu’elle veut.

Le président du Conseil européen Donald Dusk, qui a le défaut d’être un des rares Polonais à croire encore à l’avenir de Bruxelles – dans le schéma actuel du moins – a eu beau supplier ses partenaires d’oublier leurs divergences pour devenir constructifs, rien n’y a fait. Il est vrai que, à quelque point cardinal que l’on fixe les yeux, les peuples semblent rêver plutôt d’identité nationale. Et donc de déconstruction européenne !

Il est vrai qu’un certain nombre de ses interlocuteurs avaient de quoi être agacés par l’espèce de déni de démocratie dont Bruxelles s’est désormais fait la championne depuis qu’elle croit en incarner plus pleinement la réalité que les peuples européens.

Calmer le jeu de la démocratie

Il suffit, pour s’en convaincre – si ce n’était déjà fait – de voir comment le Parlement européen a décidé le lancement d’une procédure de sanction à rencontre de la Hongrie au mépris des règlements européens. Les traités européens prévoient en effet qu’une telle décision ne peut être votée par ledit Parlement qu’à la majorité des deux tiers. Elle n’a, en l’occurrence, obtenu que 448 voix sur 693 exprimées. Soit un peu moins de 65%.

C’est peu de choses, sans doute. Mais si une voix n’est plus égale à une voix, la démocratie n’existe plus, et Bruxelles devient visiblement la dictature qu’elle exerce de plus en plus réellement ces dernières années.

Le problème, pour les européistes de tous bords, est que la distribution de mauvais points a dépassé les bornes. Pour être idéologues, les dirigeants de Bruxelles n’en ont pas moins conscience de cette tension grandissante, de ce fossé qui les sépare chaque jour davantage des peuples. Au point que Bruxelles, qui comptait, quelques heures avant le début du sommet de Salzbourg, annoncer la saisine de la Cour de justice de l’Union européenne à propos de la réforme de la Cour suprême polonaise qu’elle conteste, a préféré reporter sa décision.

Devant la confirmation des tensions que les projets européens – pour ne pas dire le projet européen – continuent à faire naître un peu partout, il n’y a plus guère qu’Emmanuel Macron pour vouloir continuer à foncer tête baissée dans le mur. Sans-crainte de menacer, au passage, ses partenaires « Les pays qui ne veulent pas davantage d’Europe, ils ne toucheront plus les fonds structurels et donc il faut qu’au printemps prochain nous ayons cette discussion en vérité. »

Plus guère que Macron pour aller contre les peuples. Même Angela Merkel, fait profil bas. Le chancelier allemand n’était pas présent lors du sommet, se contentant d’apparaître pour le dîner.

Il suffit de regarder une carte de l’Union européenne pour voir combien les peuples, en ce moment, protestent. À l’est, le groupe de Visegrad ; puis, en descendant vers le sud, l’Autriche l’Italie, et même l’Espagne; Au nord, la Suède. À l’est, le Royaume-Uni. Même l’Allemagne est secouée…

Le Français (LR) Joseph Daul, qui préside aujourd’hui le PPE, y met lui aussi de la mauvaise volonté : « La pressé ne peut pas me forcer à rejeter M. Orban. » La presse, en l’occurrence, a bon dos !

Et Emmanuel Macron a tort de s’énerver, car il ne faudrait sans doute pas grand, chose aujourd’hui pour que ceux qu’il menace prennent la porte. Son ambition est-elle donc de revenir aux belles années de la CECA dans l’immédiat après-guerre ?

Hugues Dalric monde&vie 27 septembre 2018

« Oui, l’islamisation est à l’œuvre en Seine-Saint-Denis. »

livre-islamisation.png

Deux journalistes du journal politiquement correct Inch’allah : l’islamisation à visage découvert ont dirigé une enquête sur la progression en Seine-Saint-Denis de l’islam et de sa loi coranique.

Intitulé Inch’allah : l’islamisation à visage découvert, leur livre dévoile l’islamisation de la société dans cette portion du territoire français tombée aux mains de l’immigration musulmane :

« Dans ce département où, selon les estimations officieuses, une bonne moitié de la population est musulmane, une contre-société s’installe, avec ses codes et ses valeurs propres, en rupture avec la République. »

Le hallal gagne tout le terrain :

« Quand on se lève le matin, on va faire son petit chemin pour conduire ses enfants à l’école, qu’est-ce qu’on voit ? On passe devant le kebab du coin qui est fermé parce qu’on sait que le responsable s’est fait arrêter, ensuite la première boucherie halal, la deuxième boucherie halal, la troisième boucherie halal, ensuite la libraire religieuse et le muslim style qui vend des niqabs… Qu’est-ce que ça fabrique ? Des normes. Des quartiers complets sont sous la coupe du halal. »

raconte le préfet à l’Egalité des chances du 93, Fadela Benrabia,

Ces deux journalistes osent faire le constat incorrect suivant :

« Oui, l’islamisation est à l’œuvre en Seine-Saint-Denis. »

Mais le Front National et les mouvements identitaires, les nationalistes, ne tirent-ils pas la sonnette d’alarme sur cette islamisation de la France, fruit d’une immigration incontrôlée, depuis des décennies malgré les quolibets, les moqueries, les insultes, lesreductio ad hitlerum dont ils sont abreuvés par cette même caste de journalistes du système ? Cette réalité, ils n’ont pas eu besoin des médias mainstream pour la regarder en face et pour proposer des solutions concrètes afin de la combattre sérieusement et efficacement.

Francesca de Villasmundo

https://www.medias-presse.info/oui-lislamisation-est-a-loeuvre-en-seine-saint-denis/99436/

Invasion migratoire : Une vague de 1000 clandestins chaque mois à Nantes

migrants-prets-partir-en-italie-avertit-lonu-600x338.jpg

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Lors du conseil municipal de Nantes vendredi dernier, une rallonge budgétaire de 4 millions d’euros a été votée. Celle-ci était dévolue à la « mise à l’abri » des 698 migrants illégaux du square Daviais dans des gymnases jusqu’au moins la fin du mois d’octobre.

Lors de cette réunion, il a été révélé que 30 à 40 sans-papiers continuent d’arriver chaque jour à Nantes, soit un millier par mois. Nantes fait ainsi parti du top 3 des villes françaises terre d’accueil pour les clandestins, avec Calais et Paris.

Aïcha Bassal, adjointe à la vie associative, l’égalité, la lutte contre les discriminations a parlé de « moment important humainement » de solidarité avec « des hommes et des femmes qui quittent leur pays en guerre ».

https://fr.novopress.info/212310/invasion-migratoire-une-vague-de-1000-clandestins-chaque-mois-a-nantes/

Suppression des frontières : la grande arnaque

2492969742_c860f2d4c4_b-845x475.jpg

Depuis le début des années 80, il nous est chanté sur tous les tons, tant par la droite que par la gauche, que la suppression des frontières et des taxes douanières qui les accompagnent permet aux consommateurs de bénéficier de prix bas et de créer des emplois grâce à l’ouverture de nouveaux marchés que permet la concurrence libre et non faussée.

La réalité que nous constatons aujourd’hui est très éloignée de ces promesses fallacieuses.

La suppression des taxes douanières n’a pas profité aux consommateurs mais aux marchands mondialistes. Le coût de la main-d’œuvre asiatique leur a permis des marges énormes auxquelles ils ont pu ajouter le montant des droits de douane supprimés.

Ces taxes, qui ne sont plus perçues par l’État, ont été compensées par une augmentation de la fiscalité nationale, aussi bien sur le dos des contribuables consommateurs que des entreprises, qui ont dû ajouter à la concurrence déloyale ces nouveaux impôts et charges les rendant encore moins compétitives. Dans ces conditions, les industriels français ont été laminés. Les nombreux dépôts de bilan ont conduit à la suppression massive d’emplois.

La mise en place de taxes douanières par le président Trump permet de confirmer ce diagnostic. L’économie des États-Unis reprend de la vitalité avec la création massive d’emplois.

Il ne faut pas être surpris que les marchands, grands bénéficiaires du marché sans frontières et sans impôts, organisent un lynchage de ce président qui remet en cause leurs belles et juteuses affaires. Il est vrai que, pour eux, la vie est belle : ils se sont appropriés les impôts et laissent aux États le soin de financer les investissements nécessaires à leur business, y compris la défense militaire dans les pays dont ils exploitent les ressources naturelles !

En France, le Président donne l’impression qu’il est toujours « associé gérant d’une affaire de fusions-acquisitions d’entreprises » pour optimiser les bénéfices de l’industrie financière contre l’intérêt de la France et des Français.

Il est urgent de mettre fin à cette grande arnaque !

Serge Grass

http://www.bvoltaire.fr/suppression-des-frontieres-la-grande-arnaque/

Bavière : la leçon des élections régionales

6a00d8341c715453ef022ad37367c6200c-320wi.jpgLes élections du 13 octobre à la Diète régionale de Bavière ont donné lieu de ce côté-ci du Rhin aux commentaires les plus fantaisistes et les plus fielleux.

La CSU, parti chrétien social bavarois, étant l’allié de droite du parti de Frau Merkel au plan national, et désormais la troisième composante de la Grosse Koalition au gouvernement, GroKo, formée avec les socialistes, il est extrêmement tentant pour des commentateurs français[1] de pontifier sur un prétendu effondrement de la droite.

En même temps ils alimentent à peu de frais la chronique de la fin du long règne de Merkel. Ils anticipent ainsi un peu vite. On ne pourra commencer à confirmer l’affaiblissement de la chancelière véritablement, après son recul de 8 points à 32,7 % en 2017, qu’au soir du 28 octobre, au vu des résultats du Land de Hesse, dans la mesure où ce sera la CDU et non la CSU qui sera comptabilisée.

On peut le souhaiter éventuellement mais on ne saurait, comme le fait si élégamment Donald Trump aux Etats-Unis, vendre la peau de cet ours avant de l’avoir tué.

La CSU a lourdement reculé, certes. Mais son leader national le ministre actuel de l’Intérieur Seehofer, critique ouvertement depuis des mois la politique migratoire, affirmée depuis 2015 par Mme Merkel. Il est donc assez difficile de confondre le recul de l’un avec l’usure évidente du pouvoir de l’autre et son impopularité relative en tant que chancelière. Mais, ne l’oublions jamais, la France se montre, plus encore que le pays de Descartes, celui de Voltaire et de ses sarcasmes.

Le parti bavarois n’a nullement atteint son plus bas historique : après avoir obtenu 52,3 % des suffrages en 1946, il en obtiendra 27,4 % en 1950. Cette CSU a pris le contrôle du pouvoir à Munich en 1957, étant alliée à l’époque avec les libéraux du FDP et le parti des réfugiés.

Avec 37,3 % des voix cette année, ce qui est souligné comme un très important recul (-10,4 %), la CSU se trouve toujours à la première place, une fois de plus, depuis un demi-siècle. Très peu de forces politiques en Europe peuvent se prévaloir d’un pourcentage pareil et d’une stabilité comparable. Remarquons aussi sa forte résilience : en 2008 déjà la CSU avait perdu la majorité absolue. Elle l’avait retrouvée en 2013.

Il semble donc aujourd’hui qu’elle formera à nouveau le prochain gouvernement du Land. On observe que les Grünen, avec 17,6 % des voix, prennent petit à petit la place des sociaux-démocrates, eux-mêmes en crise, dans toute l’Europe.

Le parti dit des électeurs libres, FW, Freie Wähle mériterait un peu plus d’attention. Car, alliée de la CSU cette petite formation de tendance libérale-conservatrice a obtenu 11,6 % des voix et compte 27 élus, avec lesquels les 85 députés CSU pourront former une majorité plus cohérente que celle de Berlin.

Si le slogan Merkel muß weg continue de se répandre, nul ne sait le jour et l’heure. En revanche la cause en semble assez claire : sa politique d’accueil des réfugiés et immigrés provoque une explosion de mécontentements dans toute l’Europe, sous des formes différentes, depuis la Suède jusqu’à l’Italie, en passant par l’Angleterre[2] et jusqu’en Hongrie. En Autriche elle a conduit à la chute historique des sociaux-démocrates. En Bavière elle a produit une nouvelle poussée du parti Alternativ für Deutschland qui obtient 10,21 % et fait avec 22 députés son entrée au Landtag.

On est tenté de poser la question : est-ce grave docteur ?

Ce qui est gravissime c’est que nous soyons gouvernés par des gens qui jugent ces réactions des peuples, pourtant logiques et prévisibles, immorales, incorrectes, inappropriées, en un mot : populistes.

 en cliquant sur ce lien.

Apostilles

[1] « Spécialistes » qui souvent ne semblent manifestement pas parler un mot d’allemand.
[2] Le refus de l’immigration semble la grande cause du Brexit.

http://www.insolent.fr/2018/10/baviere-la-le%C3%A7on-des-elections-regionales.html